Brexit/Royaume-Uni

29 septembre 2020 21:58; Act: 29.09.2020 22:16 Print

Les députés approuvent le projet de loi décrié

Les députés britanniques ont approuvé mardi un projet de loi du gouvernement de Boris Johnson qui revient en partie sur l'accord de Brexit et a provoqué la colère des Européens.

storybild

Le texte a été approuvé dans la soirée en troisième lecture par les députés avec 340 pour et 256 contre. (photo: AFP/-)

Sur ce sujet
Une faute?

Les députés britanniques ont approuvé mardi le projet de loi du gouvernement de Boris Johnson qui revient en partie sur l'accord de Brexit et provoque la colère des Européens, en pleine dernière ligne droite des tractations commerciales entre Londres et les 27. Après leur divorce en début d'année, les deux parties se sont fixé comme objectif d'arriver à un accord de libre-échange en octobre pour éviter un «no deal» potentiellement dévastateur économiquement le 1er janvier prochain.

Les négociations ont repris mardi à Bruxelles pour un neuvième cycle mais les huit précédents n'ont permis aucune percée majeure et la tension est montée d'un cran en septembre lorsque le gouvernement de Boris Johnson a présenté un projet de loi contredisant le traité encadrant leur divorce. Le texte, qui viole de l'aveu même de Londres le droit international, a été approuvé dans la soirée en troisième lecture par les députés à 340 pour et 256 contre, ouvrant la voie à son examen par les Lords dans les semaines à venir. Ce feu vert n'est pas une surprise vu la majorité écrasante dont dispose Boris Johnson à la Chambre des Communes, malgré les critiques de cinq anciens Premiers ministres et d'une partie des conservateurs au pouvoir.

Le temps presse

Pour apaiser la colère au sein de son camp, le gouvernement avait accepté un amendement accordant plus de pouvoir au Parlement pour contrôler les dispositions controversées, sans satisfaire Bruxelles qui a menacé d'une action en justice faute de retrait d'ici la fin septembre. Le texte revient sur certaines dispositions pour la province britannique d'Irlande du Nord, prévues afin d'éviter le retour d'une frontière avec la République d'Irlande, un garde-fou jugé essentiel au maintien de la paix sur l'île. Pour Boris Johnson, le but du projet est de défendre l'intégrité territoriale du Royaume-Uni en assurant la continuité des échanges entre la Grande-Bretagne et la province d'Irlande du Nord. Mais pour les Européens, c'est un coup porté à la confiance mutuelle dans la phase critique des négociations sur la relation future, menées par Michel Barnier côté européen et David Frost côté britannique.

À l'issue d'une réunion lundi avec le ministre britannique Michael Gove, le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, a exclu que le sujet puisse torpiller les discussions commerciales: «Jamais ce ne sera l'UE qui provoquera la fin des négociations sur le futur partenariat». La série de discussions qui a commencé mardi doit s'achever vendredi, en plein sommet européen dans la capitale belge. Les négociateurs espèrent parvenir au «tunnel» de négociations, ce moment où un accord semble suffisamment proche pour se lancer dans des pourparlers à huis clos en continu.

Le temps presse: le Premier ministre britannique Boris Johnson a fixé la date du 15 octobre, jour d'un sommet européen à Bruxelles, pour un accord. Les Européens se sont eux donné jusqu'à fin octobre. Faute d'accord, une rupture brutale dans les échanges viendrait ébranler un peu plus des économies déjà fragilisées par la pandémie de coronavirus. Les pourparlers commerciaux butent toujours sur plusieurs sujets sensibles, comme la «gouvernance» du futur accord, ou encore l'éternelle question des garanties exigées par l'UE en matière fiscale, sociale, environnementale et surtout d'aides d'Etat, pour éviter de voir surgir de l'autre côté de la Manche une économie dérégulée, qui la concurrencerait de manière déloyale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • benvoyons le 30.09.2020 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en meme temps etre cocu par les anglais,c est juste une question d histoire

Les derniers commentaires

  • benvoyons le 30.09.2020 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    en meme temps etre cocu par les anglais,c est juste une question d histoire