Brexit

06 juillet 2020 09:37; Act: 07.07.2020 09:43 Print

Les négociations reprennent à Londres

Européens et Britanniques vont se retrouver lundi à Londres pour tenter de se mettre d’accord sur les termes du divorce entre le Royaume-Uni et l’UE.

storybild

Le Royaume-Uni accueille lundi le négociateur européen Michel Barnier. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les négociations entre le Royaume-Uni et l’Europe pour parvenir à un accord commercial post-Brexit reprennent lundi dans la capitale britannique, mais les chances d’arriver à un compromis s’amenuisent, alors que l’échéance fixée par Londres se rapproche.

Le Royaume-Uni accueille lundi le négociateur européen Michel Barnier, après une première série d’entrevues la semaine précédente à Bruxelles, auxquelles les deux parties avaient mis fin avec un jour d’avance en raison de «sérieuses divergences», avait annoncé Michel Barnier. Son homologue britannique, David Frost, avait lui évoqué des «différences significatives».

Pas de réelles avancées

Sorti de l’UE le 31 janvier après 47 ans d’un mariage houleux, le Royaume-Uni négocie désormais avec Bruxelles pour tenter d’établir une relation commerciale avantageuse avec le bloc européen à la fin de la période de transition, fixée au 31 décembre.

Les discussions n’ont pour l’instant pas permis de réelles avancées alors que la date butoir approche à grands pas, et avec elle le risque d’un «no deal» dévastateur pour des économies déjà très fragilisées par la pandémie de nouveau coronavirus. Le bloc des 27 nations «devrait se préparer à l’éventualité qu’un accord ne soit pas conclu», a averti la chancelière allemande Angela Merkel, en prenant mercredi la relève de la présidence européenne.

Cette issue fait peur aux entreprises britanniques, qui souhaitent être informées le plus rapidement possible de la possibilité ou non d’un accord, afin de déclencher promptement un coûteux plan d’urgence en cas de «no deal».

Des divergences importantes

Le Premier ministre britannique Boris Johnson souhaite être fixé dès juillet sur la possibilité de cet accord, tandis que les Européens visent le mois d’octobre, estimant que cela laisse suffisamment de temps aux États membres et au Royaume-Uni pour ratifier le traité sur leur nouvelle relation, qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2021.

À quelques semaines de l’échéance fixée par le Premier ministre conservateur, les divergences entre les deux parties restent importantes. Londres refuse ainsi d’accepter que les futurs différends commerciaux tombent sous la juridiction de la Cour européenne de justice. Le Royaume-Uni souhaite aussi qu’une part beaucoup plus importante des zones de pêche qu’il partage actuellement avec le bloc des 27 lui soit réservée.

L’autre point d’achoppement des négociations porte sur la marge d’autonomie du Royaume-Uni par rapport aux normes européennes en matière d’aides étatiques à l’économie, d’environnement et de droit du travail.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ClearView le 06.07.2020 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils sortent avec un no-deal et en subissent les conséquences. On pourra toujours signer un accord commercial avec eux plus tard, lorsqu'ils auront compris la leçon.

  • No comment le 06.07.2020 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    C'est clairement une conséquence de l'attitude conciliante de l'UE sur le pacte pour l'Irlande du Nord. Voilà comment l'UE est remerciée. En autorisant la libre circulation des biens et des personnes en Irlande du Nord sans condition pour éviter de remettre une frontière, maintenant, le Royaume-Uni s'en fiche des négociations et va faire transiter tout son commerce avec l'UE par cette "non-frontière“. Encore une énorme connerie de l'UE. J'ai honte pour ces eurocrates.

  • ecosse le 06.07.2020 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    et le dossier de l'ecosse arrive quand? j'aimerai trop le voir nous rejoindre.

Les derniers commentaires

  • realite le 07.07.2020 06:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Personne ne sait pour les jeunes garçons que Barnier fréquente ..

  • red taz on le 06.07.2020 21:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    qu'il rembourse les aide et au revoir.

  • Phi le 06.07.2020 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais Laissez Partir les UK peoples, est ce que vous avez quelque chose a perdre. L‘ UE est une maison des Folles pour ca déja le UK a quitté l‘Union.

  • freddy le 06.07.2020 19:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    toujours pas terminé?

  • Macaron le 06.07.2020 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous réjouissez pas trop vite. Ils vont mieux s'en sortir que nous, ça c'est sûr.