Grève au Portugal

14 août 2019 10:24; Act: 14.08.2019 12:39 Print

Les réquisitions au Portugal passent mal

Des syndicats du secteur pétrolier, en grève depuis lundi, refusent d'appliquer les mesures de service minimum décrétées par le gouvernement.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le syndicat portugais des chauffeurs de camions-citernes de carburant en grève a appelé mercredi ses membres à boycotter la réquisition décrétée par le gouvernement pour faire respecter un service minimum de ravitaillement. «Personne ne va respecter le service minimum ni la réquisition, les camionneurs ne vont strictement rien faire», a déclaré aux médias le porte-parole du syndicat, Pedro Pardal Henriques. «Dire à ces gens d'aller travailler sous la menace d'être arrêtés, c'est mettre le pays en danger. Ce ne sont pas des criminels», a-t-il ajouté.

Mardi soir, le ministre de l'Environnement et de la Transition énergétique, Joao Pedro Matos Fernandes, avait annoncé que des procédures avaient été ouvertes à l'encontre de 14 chauffeurs qui n'avaient pas respecté la réquisition décrétée lundi, à l'issue de la première journée de grève. Les quelque 800 transporteurs de carburant du pays sont «fatigués d'être menacés par leurs employeurs et par le gouvernement qui défend les entreprises contre les travailleurs», a affirmé M. Pardal Henriques.

Le syndicaliste a appelé les camionneurs à rejoindre un piquet de grève installé aux abords d'un important dépôt de carburant à Aveiras de Cima, près de Lisbonne. Dans le nord du pays, près du dépôt de Leça da Palmeira, une cinquantaine de chauffeurs formaient un autre piquet de grève. Bien qu'il ait imposé un service minimum, puis réquisitionné des chauffeurs grévistes pour le faire respecter, le gouvernement a dû en plus mobiliser des policiers, des gendarmes et des militaires pour assurer les livraisons de carburant à travers le pays. La réquisition visait notamment à éviter des pénuries de carburant à l'aéroport de Lisbonne et dans la région touristique de l'Algarve, dans le sud du pays.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nostra le 14.08.2019 14:05 Report dénoncer ce commentaire

    Vive le Socialisme. Le Portugal est le nouveau Venezuela avec en moins le pétrole.

  • Peace & Love le 15.08.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Une grève n'est efficace que quand le service minimum n'est pas respecté.

  • Darkness le 14.08.2019 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tu remplis le réservoir de 25L max et tu fais le tour du village et voilà

Les derniers commentaires

  • Peace & Love le 15.08.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Une grève n'est efficace que quand le service minimum n'est pas respecté.

  • Darkness le 14.08.2019 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tu remplis le réservoir de 25L max et tu fais le tour du village et voilà

  • Nostra le 14.08.2019 14:05 Report dénoncer ce commentaire

    Vive le Socialisme. Le Portugal est le nouveau Venezuela avec en moins le pétrole.

  • gonzi le 14.08.2019 13:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment font nos compatriotes pour rentrer au Luxembourg, perso je par ce week-end au Portugal et je me demande comment vas être nos vacances là-bas !!! Je comprends leurs revendications mais ils bloquent tout un pays