Divorce du Brexit

21 août 2020 14:02; Act: 21.08.2020 14:31 Print

Londres et Bruxelles se rejettent les fautes

L'absence d'accord entre l'UE et le Royaume-Uni après le Brexit exaspère certains. Mais les deux parties estiment que les demandes réciproques sont irréalistes.

storybild

David Frost et Michel Barnier ne sont pas parvenus à un accord. (photo: AFP/Yves Herman)

Sur ce sujet
Une faute?

Londres et Bruxelles se sont rejeté mutuellement la responsabilité du manque de progrès pour trouver un accord sur leur relation post-Brexit, vendredi. «À ce stade, un accord avec le Royaume-Uni et l'Union européenne semble peu vraisemblable. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi nous gâchons un temps précieux», a lancé le négociateur européen Michel Barnier, à l'issue de la 7e séance de négociations. Au même moment son homologue britannique David Frost a reproché aux Européens de «rendre inutilement difficiles» ces discussions en voulant imposer à Londres «une continuité» des mêmes règles sur les aides d'État, qui font partie des conditions de concurrence, et la pêche, deux points durs des discussions.

«Pour les Européens, il est hors de question de laisser les conditions de concurrence équitable et la pêche pour la fin des négociations. On ne peut pas continuer à avancer sur les autres sujets quand on a un trou béant sur les sujets centraux», a souligné une source européenne. Pourtant, le temps presse depuis le divorce le 31 janvier dernier entre le Royaume-Uni et l'UE. Un accord doit être trouvé au plus tard fin octobre, le temps notamment des ratifications par les parlements européen et britannique, avant la fin de la période de transition fin 2020, pour avoir un accord en place le 1er janvier 2021. Tout en reconnaissant l'impasse dans laquelle se trouvent les discussions, les deux négociateurs jugent toujours un accord possible.

Comme depuis le départ, les négociations butent sur les conditions de concurrence, l'UE refusant de voir surgir à sa porte une économie dérégulée, et le dossier de la pêche, essentiel pour plusieurs pays européens. Pour illustrer ces profondes divergences, Michel Barnier a pris l'exemple des transports routiers, affirmant que les Britanniques ne voulaient pas que certaines règles s'appliquent à leurs chauffeurs lorsqu'ils circulent sur le continent européen. «Il n'y aura pas d'accès à la carte au marché unique» européen, a-t-il averti. Faute d'accord avant le 31 décembre, les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douane élevés et leurs contrôles douaniers poussés, s'appliqueraient aux relations commerciales entre l'UE et son ancien partenaire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • as1 le 21.08.2020 15:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Angleterre veut le beurre et l’argent du beurre, les pays européens n’ont qu’à sanctionner comme il se doit Angleterre, ils ont voulu sortir, maintenant qu’ils payent les conséquences, les intérêts doivent être pour nous l’Europe, pas pour celui qui sort

  • Eschois le 21.08.2020 15:57 Report dénoncer ce commentaire

    Les anglais ont causé que des problèmes depuis qu'ils sont dans l'UE. Ils en ont bien profité au début quand ils étaient dans la mouise. De Gaulle ne les voulait pas dans l'UE dans les années 60, il savait comment ils étaient, il a vécu à Londres. Maintenant qu'ils sont sortis de l'UE, qu'ils se débrouillent tout seul ou avec leurs amis des USA qui vont les plumer encore plus que quand ils étaient dans l'UE.

  • Englishit le 21.08.2020 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont largement le temps de réfléchir aux conséquences ( bonnes et mauvaises). Bruxelles a largement expliquer les conséquences pour les européens et britanniques. Maintenant c'est DEHORS. Chacun paye la facture et les anglais prennent comme nous leurs avenirs en main.

Les derniers commentaires

  • No comment le 21.08.2020 23:42 Report dénoncer ce commentaire

    Comme prévu, les anglais se tirent sans payer.

  • So long le 21.08.2020 20:38 Report dénoncer ce commentaire

    C'était prévisible et c'est uniquement politique. Il faut préparer le peuple Britannique au cas où ça se passe mal. Même si je regrette ce départ, le problème est bien plus grand pour eux. J'espère que Barnier et son équipe ont bien préparé la sortie car les points de pressions sont faciles à identifier et à éliminer. Concernant la pêche les Français ont largement eu le temps de se préparer en passant à de l'élevage.

  • Frontalier Belge le 21.08.2020 19:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @@cidalia ca c’est dans le cas où Londre continue à avoir un accès au marché Européen. Si on le coupe. Tout passera par ailleurs. Si vous aviez raison les banques de la city se serait pas installé en Europe...

  • Keulen le 21.08.2020 18:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’UE est un fiasco !! Une supercherie qui vide et flingue les pays, les uns après les autres !!

  • Trop top le 21.08.2020 16:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    a quand des dirigeants européens fort et intransigeant face des imbeciles de cet acabit,au lieu de ca nos chers dirigeants ne porte que le nom et leurs trop important salaire pour du travail bacles,et oublions pas en teletravail depuis debut mars