Crise des migrants

14 juin 2015 15:50; Act: 14.06.2015 15:59 Print

Matteo Renzi hausse le ton face à l'UE

Le Premier ministre italien a menacé dimanche de mettre en place un «plan B» si l'Italie n'est pas mieux soutenue par l'UE pour faire face à l'afflux de migrants.

storybild

Le plan B de Matteo Renzi ferait surtout «mal à l'Europe». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Italie se débat pour accueillir des vagues successives de migrants. La situation s'est envenimée avec ses voisins européens au cours des derniers jours lorsque les migrants ont été refoulés aux frontières avec la France et l'Autriche. La crise «ne doit pas être sous-estimée. C'est un problème sérieux et, que ce soit bien clair, les réponses de l'Europe n'ont pas jusqu'à maintenant été suffisamment bonnes», a déclaré M. Renzi dans un entretien au Corriere della Sera.

L'UE a du mal à réunir un consensus autour de son programme de répartition des migrants, qui prévoit de répartir 24 000 réfugiés entre les autres pays que l'Italie et la Grèce. L'Italie espère que le sommet européen du 25 juin permettra d'aller encore plus loin. Le Premier ministre abordera la question de l'immigration avec ses homologues britannique et français cette semaine à Milan.

Il a ajouté qu'il s'entretiendrait aussi avec le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et la chancelière allemande Angela Merkel. Une réunion des ministres européens de l'Intérieur est aussi prévue lundi et mardi à Bruxelles.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pako le 15.06.2015 00:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Imaginons que les 24k réfugiés en Italie et en Grèce soient répartis entre tous les pays de l'EU. Et alors, ça donnerait quoi? Ça va éviter l'immigration clandestine ? Dans 1 an, il y en aura 24k autres !

  • Den Nico le 14.06.2015 21:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Démocratie = droit du peuple d'accepter ou non l'immigration de masse - jusqu'à présent aucun gouvernement n'a osé consulter sa population

  • Pas toujours les mêmes le 15.06.2015 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils viennent au Luxembourg !!! Ils sont riches et il y a de la place .

Les derniers commentaires

  • Jeeky le 15.06.2015 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    N'est ce pas une honte que la France, pays des droits de l'homme et de la fraternité, ferme ses frontières? Evidemment elle ne peut pas tous les accepter, mais les autres non plus!! A part cela il manque le commentaire usuel de Vindulux! C'est drôle qu'il nous critique toujours mais jamais un mot sur la France!

    • Renato le 17.06.2015 09:38 Report dénoncer ce commentaire

      Vous pensez que la France a attendu qu'ils arrivent par la mer pour se les farcir ? Ils vont nous couler , on les aide oui , mais dans leurs pays . Non non et non .

  • Pas toujours les mêmes le 15.06.2015 11:22 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils viennent au Luxembourg !!! Ils sont riches et il y a de la place .

  • pako le 15.06.2015 00:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Imaginons que les 24k réfugiés en Italie et en Grèce soient répartis entre tous les pays de l'EU. Et alors, ça donnerait quoi? Ça va éviter l'immigration clandestine ? Dans 1 an, il y en aura 24k autres !

  • Den Nico le 14.06.2015 21:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Démocratie = droit du peuple d'accepter ou non l'immigration de masse - jusqu'à présent aucun gouvernement n'a osé consulter sa population

    • Wombat le 15.06.2015 12:47 Report dénoncer ce commentaire

      Ils on peur de la réponse.