En Allemagne

14 janvier 2016 18:03; Act: 15.01.2016 12:20 Print

«Mein Kampf» se vend comme des petits pains

La version commentée du livre écrit par Hitler, disponible pour la première fois depuis 1945 en Allemagne, a rencontré un vrai succès.

storybild

Hitler a rédigé ce livre, en 1924 et 1925, alors qu'il croupissait en prison après un putsch raté. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Institut d'histoire contemporaine (IfZ) de Munich avait dans un premier temps prévu d'éditer «Mein Kampf, une édition critique» à 4 000 exemplaires. Mais dès le premier jour de sa mise en vente vendredi dernier, «15 000 exemplaires avaient été pré-commandés» par des libraires a indiqué Simone Paulmichl, la porte-parole de l'IfZ.

La demande a été tellement forte, qu'un nouveau tirage de l'édition commentée de «Mein Kampf» est en cours. Ceux qui ont commandé l'ouvrage publié en deux volumes doivent «tabler sur un certain délai d'attente» avant de recevoir leur exemplaire, a-t-elle ajouté. L'IfZ n'était toutefois pas en mesure de dire combien d'exemplaires à 59 euros l'unité avaient été distribués à ce jour.

Pas de nostalgie du IIIe Reich

«D'après ce que nous rapportent les libraires, il y a beaucoup d'historiens ou de scientifiques» qui souhaitent acquérir ce pamphlet à des fins pédagogiques. «Mais il touche aussi un public plus large de clients qui s'intéressent à la politique et à l'histoire en général», selon Mme Paulmichl.

La porte-parole a en revanche assuré qu'il n'y avait «en aucun cas des signes» que cette demande accrue puisse venir de nostalgiques du IIIe Reich ou de néonazis. Elle a rappelé que le recueil était assorti de 3 500 notes historiques explicatives et critiques.

Depuis le 8 janvier, «Mein Kampf» est pour la première fois disponible en Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Hitler a rédigé ce livre, en 1924 et 1925, alors qu'il croupissait en prison après un putsch raté. Sa réédition a été rendue possible, car les droits sur l'ouvrage, détenus par la Bavière depuis 1945, sont tombés dans le domaine public le 1er janvier.

(L'essentiel/AFP)