Drame de Gênes

15 août 2018 13:38; Act: 16.08.2018 10:58 Print

«Mon camion est resté là-​​bas, le moteur allumé»

Le routier qui s'est arrêté à quelques mètres du vide raconte avoir été dépassé quelques instants avant l'effondrement du pont. Il se trouve en état de choc.

storybild

Le mercredi 15 août, le véhicule se trouvait encore en marche sur le viaduc. Une vidéo diffusée sur le site repubblica.it montre que les essuie-glaces continuent de fonctionner.

Sur ce sujet
Une faute?

«Il y avait du trafic, donc la vitesse était très réduite. Heureusement, je respectais les distances de sécurité. Une voiture m'a dépassé et j'en avais une autre devant. Je les ai vues tomber dans le vide. J'ai fait un freinage d'urgence et j'ai mis la marche arrière, j'ai fait environ un mètre en arrière et j'ai vu ce qui s'était passé. Ensuite, je suis parti en courant. Le camion est resté là-bas, avec le moteur allumé».

Luigi, 37 ans, marié et père, est le conducteur du poids lourd qui s'est arrêté à quelques mètres seulement du vide et dont la photo fait le tour du monde. L'homme se trouve en état de choc et ne veut pas parler aux médias. Ce sont donc les responsables de son entreprise, les supermarchés Basko, qui ont témoigné pour lui au site secoloditalia.it. La direction de la société explique que leur chauffeur «rentrait après avoir effectué une tournée de livraison et qu'il se rendait vers leur plateforme logistique».

Mercredi, le véhicule se trouvait encore en marche sur le viaduc. Une vidéo diffusée sur le site repubblica.it montre que les essuie-glaces continuent de fonctionner. «Avec notre système, nous pouvons voir que le camion a encore les trois quarts de son réservoir plein et qu'il est allumé. Le moteur pourrait continuer de tourner pendant encore trois ou quatre jours avec des risques de surchauffe et il transporte quelque 400 litres de diesel», explique une manager de la firme.

Un autre camionneur témoigne

Roberto Bertucci se trouvait aussi sur le viaduc vers 11h50 mardi. Une dizaine de véhicules séparaient son poids lourd du vide. «Au début, j'ai pensé qu'il s'agissait d'un bouchon habituel. Puis, j'ai vu des hommes, des femmes et des enfants qui couraient dans ma direction pieds nus et j'ai compris que quelque chose de terrible venait de se passer. J'ai eu peur», a-t-il raconté à tio.ch.

La police a alors mis les personnes à l'abri dans la galerie précédant le pont. «Ils nous ont dit qu'il y avait encore des risques que d'autres bouts du pont s'écroulent. Les agents sont toujours restés près des rescapés et leur ont fourni une assistance psychologique».

Diaporama: Un viaduc s'écroule à Gênes

(L'essentiel/atk)