En Belgique

12 mars 2020 07:15; Act: 12.03.2020 11:10 Print

«Mon père avait deux idoles, le Christ et Hitler»

Simon Gronowski et Koenraad Tinel, 88 et 85 ans, sont Belges et amis. Le premier est un rescapé de la Shoah, le second un «gosse de nazi».

storybild

Entre Simon le volubile, habitué à témoigner dans les écoles, et Koenraad l'émotif, davantage dans la retenue, la connexion a été immédiate lors du premier contact il y a huit ans. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

L'un est juif et a miraculeusement échappé à la Shoah, l'autre se dit "gosse de nazi", pétri de culpabilité. Deux Belges éprouvés par la tragédie de la Seconde Guerre mondiale témoignent désormais côte à côte de leur histoire et de l'amitié profonde qui les unit. Simon Gronowski et Koenraad Tinel, 88 et 85 ans, doivent recevoir cette année le titre de Docteur honoris causa des Universités libres de Bruxelles, la néerlandophone VUB et la francophone ULB. «Leur amitié exceptionnelle est un puissant symbole d'espoir, de bonheur et de paix», explique-t-on à la VUB.

Diamétralement opposés au départ, les destins des deux hommes, l'un Bruxellois francophone, l'autre né dans une famille flamande de Gand, se sont croisés en 2012, lorsqu'un militant de l'Union des progressistes juifs de Belgique a eu l'idée de les mettre en contact, expliquent-ils. Le jeune homme connaissait leurs deux histoires, dont chacun avait déjà livré un récit poignant. Simon Gronowski, avocat à la retraite, a raconté dans un livre («L'Enfant du 20e convoi», 2002) le geste incroyable de sa mère, qui l'a sauvé de la déportation en 1943 en le poussant d'un train en route vers Auschwitz. L'enfant juif, arrêté par la Gestapo à Bruxelles, a alors 11 ans.

«Les enfants des coupables ne sont pas coupables»

Koenraad Tinel, sculpteur et dessinateur, a lui préféré le recueil de dessins («Scheisseimer», «Seau à merde» en allemand, 2009) pour se décharger du fardeau de la collaboration, dont il a si longtemps porté l'énorme poids. Une œuvre qu'il a ensuite lui-même transposée sur une scène de théâtre. Le drame du premier est d'avoir perdu sa sœur et sa mère, jamais revenues des camps nazis. Tandis que le second a dû supporter pendant des décennies l'absence du moindre remords de la part de son père et de ses deux frères ayant combattu pour le IIIe Reich.

«Mon père avait deux idoles, le Christ et Hitler! Essayez de comprendre ça...», lâche Koenraad, les yeux rougis en témoignant au côté de Simon, chez lui à Gammerages dans la campagne du Brabant (centre-ouest). Conséquence des sympathies paternelles: les deux grands frères Tinel sont envoyés, l'aîné sur le front de l'est, le second comme volontaire au côté des Waffen SS flamands. Et en 1944, à la Libération, poursuit le Flamand, la famille doit fuir vers l'Allemagne: s'ensuivent près de deux années à «se cacher, camper en forêt, avoir faim».

Avant un retour en Belgique synonyme de prison et de dégringolade sociale. Entre Simon le volubile, habitué à témoigner dans les écoles, y compris à l'étranger, et Koenraad l'émotif, davantage dans la retenue, la connexion a été immédiate lors du premier contact il y a huit ans. «Quand je lui ai dit que les enfants des coupables ne sont pas coupables, il y a eu un déclic (...) Une grande amitié est née entre nous», dit Simon, qui décrit désormais Koenraad comme son «frère».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Merci le 12.03.2020 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    Très dignes, une belle image que ces 2 hommes. Longues vie à vous 2 et merci pour vos témoignages.

  • stopthecraps le 12.03.2020 08:13 Report dénoncer ce commentaire

    C'était la "minute de la Mémoire", votre espace hebdomadaire pour ne pas, non, ne jamais oublié

  • arlette le 12.03.2020 08:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toute reconciliation est possible bravo

Les derniers commentaires

  • Malou le 13.03.2020 07:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne faut jamais oublier... devoir de mémoire oblige

  • MarcC le 13.03.2020 06:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’origine du régime nazi est la résultante du traité de Versailles après le premier guerre mondiale.

  • Ben-J le 12.03.2020 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les enfants des victimes ne sont pas victimes

  • pralin le 12.03.2020 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Luis , comment est- ce que vous osez de parler de cet énergumène de hitler , en disant qu’il a fait du bien à l’Allemagne? C’est aberrant de votre part.

  • BrolDbr le 12.03.2020 17:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça sent le raccourci historique... Combien de socialistes, communistes d'handicapés allemands Hitler a fait assassiner ? Relance de l'économie par la construction d'armes, d'autoroutes pour faire avancer l'armée plus vite au travers du territoire... Si c'est ça faire du bien au pays...