Espagne

08 novembre 2019 08:27; Act: 08.11.2019 10:52 Print

Nouveau scrutin dominé par la crise en Catalogne

Paralysée politiquement, l'Espagne retourne aux urnes, dimanche, pour la quatrième fois en quatre ans, dans un contexte de crise ouverte en Catalogne.

storybild

La maire de Barcelone, Ada Colau, encourageait à voter le 6 novembre dernier.

Sur ce sujet
Une faute?

Vainqueur des dernières élections, fin avril, mais incapable de s'entendre au minimum avec la gauche radicale de Podemos pour être reconduit au pouvoir, le chef du gouvernement socialiste sortant Pedro Sanchez (PSOE) est donné une nouvelle fois gagnant par les sondages.

Mais il ne devrait pas sortir renforcé de ce scrutin comme il l'espérait. Contrairement au Parti Populaire (PP, droite) mais surtout à Vox. Ce dernier parti pourrait devenir la troisième force politique après avoir fait son entrée à la Chambre des députés en avril, dans un pays où l'extrême droite était marginale depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.

Cette formation ultranationaliste prône l'interdiction des partis séparatistes et tient un discours très dur sur l'immigration. Elle profite de l'émoi suscité par les scènes de guérilla urbaine à Barcelone, ayant suivi la condamnation mi-octobre de dirigeants indépendantistes catalans pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017. Selon de récents sondages, elle pourrait doubler son nombre de députés à près de 50 sur 350.

«Espagne en noir et blanc»

Pour mobiliser son électorat, Pedro Sanchez a mis en garde ces derniers jours contre la montée de ce parti qui représente selon lui une «Espagne en noir et blanc d'il y a 40 ans qui ne doit jamais faire son retour». «La Catalogne a été le thème central (de la campagne) et il semble que cela bénéficie à Vox, dont la ligne attire l'électeur de droite dure», estime Antonio Barroso, du cabinet Teneo.

Dans ce contexte, le PP et les libéraux de Ciudadanos n'ont cessé d'attaquer Pedro Sanchez sur le dossier catalan en le pressant de suspendre l'autonomie de la région et de destituer son président séparatiste Quim Torra. Craignant que cette crise en Catalogne ne favorise trop la droite, le socialiste a durci son discours. Il a par ailleurs envoyé des renforts policiers dans la riche région du nord-est du pays, en vue de garantir la bonne marche du scrutin et d'éviter une éventuelle occupation des bureaux de vote samedi.

Ce jour-là, où les manifestations sont interdites, la mystérieuse plateforme Tsunami Démocratique, qui avait organisé une tentative de blocage de l'aéroport de Barcelone, appelle les indépendantistes à une journée de «désobéissance civile» à travers la Catalogne.

Poursuite de l'instabilité ?

Ce quatrième scrutin en quatre ans risque de ne pas mettre fin à l'instabilité politique qui mine la quatrième économie de la zone euro depuis que le bipartisme PP-PSOE a volé en éclats en 2015 avec l'irruption de Podemos et de Ciudadanos au Parlement. En effet, les sondages ne créditent ni le bloc de gauche (formé par le PSOE, Podemos et Más País, formation dissidente de Podemos) ni le bloc de droite (PP, Vox et Ciudadanos) de la majorité des sièges.

Une nouvelle tentative d'alliance entre le PSOE et Podemos semble difficile, la méfiance entre les deux formations étant trop grande depuis l'échec de leurs négociations après le scrutin d'avril. Le dernier recours est que Pedro Sanchez réussisse à être investi par le parlement pour gouverner en minorité grâce à l'abstention en premier lieu du PP.

Minoritaire

«C'est l'unique (solution) possible» et c'est «justement la crainte de nouvelles élections qui obligera à la dernière minute (les partis) à entamer une négociation sur une abstention», estime Jose Ignacio Torreblanca, du cercle de réflexion European Council on Foreign Relations.

Mais avec un cabinet minoritaire «la législature n'irait pas à son terme, souligne Antonio Barroso. Et avec une telle instabilité, aucune réforme ne peut être adoptée pour nous préparer à la prochaine récession», alors que l'économie espagnole ralentit et que les chiffres du chômage sont mauvais.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Raymond le 08.11.2019 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    Comme dans tous les pays démocratiques de l'Union (France, Allemagne, Luxembourg, Portugal etc.), il faut illégaliser tous les partis séparatistes qui utilisent les outils non-loyales pour faire imploser l'Etat dans ses bases constitutionnelles.

  • Francesc Maragall le 08.11.2019 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    Esperons que Vox l'emporte.

Les derniers commentaires

  • Francesc Maragall le 08.11.2019 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    Esperons que Vox l'emporte.

  • Raymond le 08.11.2019 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    Comme dans tous les pays démocratiques de l'Union (France, Allemagne, Luxembourg, Portugal etc.), il faut illégaliser tous les partis séparatistes qui utilisent les outils non-loyales pour faire imploser l'Etat dans ses bases constitutionnelles.

    • Bidochon le 08.11.2019 10:59 Report dénoncer ce commentaire

      Comme aux Etats-Unis, il faut que la liberté d'exspression soit sans limites.

    • Rocco le 08.11.2019 12:51 Report dénoncer ce commentaire

      @Bidochon: oui le 1st Amendment, qui d'ailleurs ne peut pas fonctionner qu'avec le 2nd Amendment.