En Serbie

10 décembre 2018 10:19; Act: 10.12.2018 10:52 Print

«On a d'abord besoin d'amour et de bébés!»

L'effondrement de la natalité mine le gouvernement serbe, qui cherche des solutions parfois désespérées.

storybild

Le taux de fécondité en Serbie est un des plus faibles d'Europe.

Sur ce sujet
Une faute?

À défaut de pouvoir distribuer beaucoup d'argent, le gouvernement serbe multiplie les slogans pour remédier à la crise démographique qui la vide. Associé à une émigration massive, l'effondrement de la natalité a fait passer cette année sous la barre des 7 millions la population de ce pays des Balkans, selon les chiffres officiels. Le taux de fécondité est un des plus faibles d'Europe, estimé par la Banque mondiale à 1,5 enfant par femme quand le taux de renouvellement de la population est de 2,1. Selon l'ONU, en 2050, les Serbes seront encore 15% de moins au pays.

Les autorités cherchent des solutions, parfois désespérées. Le président Aleksandar Vucic a prôné au printemps la construction d'immeubles bas. Il s'appuyait sur «une étude selon laquelle quand on construit des tours de 40 étages et qu'on y installe 110 couples, demain, il y aura 120 ou 130 enfants», «alors que dans des maisons ou des bâtiments de deux, trois ou maximum quatre étages, il y en aura 210 ou 220». Selon la ministre sans portefeuille en charge de la démographie, Slavica Djukic Dejanovic, «c'est un fait qu'à la périphérie des villes, quand les bâtiments ont des cours où les enfants jouent et où les parents prennent le café (...), on entend plus souvent la joie et les cris des enfants». Début 2018, le gouvernement a lancé une campagne nationale où chacun pouvait proposer un slogan. «Maman, je ne veux pas être seul. Papa, je veux un frère», «Assez de mots! Que les cris de bébés se fassent entendre», ont par exemple été retenus.

«Ne rien faire, juste accoucher»

Les sociétés qui soutiennent leurs salariés devenus jeunes parents vont se voir décerner des récompenses. Et une nouvelle loi institue des aides pouvant aller jusqu'à 250 euros par mois pendant dix ans pour les familles nombreuses, de plus de trois enfants, somme non négligeable quand le salaire moyen est de 400 euros environ. «Une mère qui donne naissance à un troisième ou un quatrième enfant recevra 30 000 dinars de l’État pour ne rien faire (...) juste pour accoucher», a commenté le président Vucic. Les femmes déjà mères de trois enfants avant cette loi votée fin 2017 ne sont pas éligibles. Surtout, selon Tatjana Macura, députée d'opposition qui milite pour l'instauration d'une véritable politique familiale, ces changements ne compensent pas les insuffisances persistantes. «La loi prévoit qu'une femme doit travailler durant 18 mois sans interruption pour recevoir une compensation pendant son congé maternité», dit-elle par exemple à l'AFP.

Et que se passe-t-il «pour ces nombreuses femmes qui travaillent au noir», demande cette avocate qui assure avoir été alertée par plus d'un millier de femmes dans ce cas. Selon diverses estimations, plus d'un quart de la population active travaillerait au noir, une proportion plus élevée encore chez les femmes. Exposées par une législation peu protectrice, celles qui sont déclarées se font souvent licencier au retour de congé maternité, dit Tatjana Macura.

Exode des jeunes

Le chômage touche près d'un jeune sur trois et n'est quasiment pas indemnisé, la précarité en fait hésiter beaucoup. Travaillant à temps partiel, Kristina Markovic, diplômée d'économie de 22 ans, vit avec un chômeur. «Nous voulons une famille mais pas tant que nous n'avons pas d'emploi stable» avec la couverture sociale qui va avec, dit la jeune femme selon qui la nouvelle législation empire les choses pour les femmes ayant des salaires confortables. Elles ne recevront que 1 200 euros, et non plus l'équivalent de cinq salaires comme auparavant. C'est le cas d'Andrijana Marinkovic, 33 ans, mère d'un bébé: «Heureusement, mon employeur a décidé de payer la différence, ce qui me permet de rester en congé maternité. Sinon, j'aurais dû reprendre le travail».

Selon la ministre Djukic Dejanovic, «chaque année, on a 1 000 familles de moins qui accueillent un premier enfant». «Ceux qui quittent la Serbie ont en moyenne 27,8 ans», «un âge où ils devraient devenir parents»: «Il faut s'attaquer à la question des migrations, ce que la Serbie n'a pour le moment pas fait». L'enjeu n'est pas seulement de convaincre les Serbes de faire des enfants, mais de les persuader de les faire au pays.

(L'essentiel/nxp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peace&Love le 10.12.2018 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Amis serbes, faites l'amour, pas la guerre avec vos voisins.

  • Stéphanie le 10.12.2018 12:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde a ses problèmes avec la migration, certains c'est parce que les migrants veulent tous venir chez eux, d'autres parce que leur population s'en va.

  • Lestrollsrusses le 10.12.2018 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Ils pourraient empêcher leurs gens de quitter le pays???

Les derniers commentaires

  • Lestrollsrusses le 10.12.2018 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Ils pourraient empêcher leurs gens de quitter le pays???

    • @Lestrollsrusses le 10.12.2018 14:38 Report dénoncer ce commentaire

      Oui cela fonctionne bien en Corée du Nord, on entend jamais un nord coréen se plaindre donc ils doivent tous être super heureux comme cela.

  • Stéphanie le 10.12.2018 12:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde a ses problèmes avec la migration, certains c'est parce que les migrants veulent tous venir chez eux, d'autres parce que leur population s'en va.

  • Peace&Love le 10.12.2018 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Amis serbes, faites l'amour, pas la guerre avec vos voisins.

    • Blablablablablabla le 10.12.2018 13:31 Report dénoncer ce commentaire

      Comme c'est bien dit.

    • Xav 2 le 10.12.2018 18:10 Report dénoncer ce commentaire

      Avec vos voisins? Ce sont plutôt les voisins qui leur font la guerre, soutenus en cela par l'UE!