Au Royaume-Uni

07 mai 2019 14:56; Act: 07.05.2019 15:14 Print

Pamela Anderson appelle à «sauver» Julian Assange

L'actrice Pamela Anderson a appelé mardi, à «sauver la vie» du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, auquel elle a rendu visite à la prison de Belmarsh, dans le sud-est de Londres.

storybild

Julian Assange est inculpé par la justice américaine d'association de malfaiteurs en vue de commettre un «piratage informatique». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous devons sauver sa vie», a déclaré l'actrice américano-canadienne, qui soutient l'Australien, âgé de 47 ans. Elle lui avait également rendu visite lorsqu'il vivait reclus dans l'ambassade d’Équateur à Londres.

M. Assange s'y était réfugié en 2012, à une époque où il faisait l'objet de poursuites pour viol en Suède - depuis classées -, et a bénéficié de l'asile politique. Il a toujours affirmé s'être soustrait à la justice britannique par crainte, non pas d'être extradé vers la Suède, mais de finir aux États-Unis et d'y encourir la peine de mort, en raison de la publication de documents secrets américains. Il a finalement été délogé de l'enceinte diplomatique le 11 avril par la police britannique, avec l'autorisation de Quito.

«C'est injuste»

«Cela a été très difficile de voir Julian ici», a déclaré Pamela Anderson, à la presse, devant la prison de haute sécurité. M. Assange «ne mérite pas» d'y être incarcéré, a-t-elle estimé, «il n'a jamais commis de violences, il est innocent». «Nous devons continuer à nous battre parce que c'est injuste. Il a tant sacrifié pour faire connaître la vérité», a-t-elle plaidé, disant avoir «la nausée».

Julian Assange est inculpé par la justice américaine d'association de malfaiteurs en vue de commettre un «piratage informatique», passible d'une peine maximale de cinq ans de prison, pour avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain, Chelsea Manning, à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense.

Il refuse d'être extradé vers les États-Unis. Selon le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hranfsson, présent aux côtés de l'actrice, «Julian Assange est touché mais pas brisé. C'est une personne extrêmement résiliente».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tessy le 08.05.2019 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Pire que la Russie, la Turquie, la Chine et l'Ukraine réunis! Et ils viennent nous parler des droits d'expression et de liberté de presse! "Shame on you, Free Assange"

  • Jean Martin le 07.05.2019 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Elle se bonifie avec le temps je trouve, merci Pamela

  • rené sance le 07.05.2019 15:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un an de prison pour cela, c’est du harcèlement pour un bienfaiteur de l’humanité

Les derniers commentaires

  • Tessy le 08.05.2019 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Pire que la Russie, la Turquie, la Chine et l'Ukraine réunis! Et ils viennent nous parler des droits d'expression et de liberté de presse! "Shame on you, Free Assange"

  • Jean Martin le 07.05.2019 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Elle se bonifie avec le temps je trouve, merci Pamela

  • rené sance le 07.05.2019 15:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un an de prison pour cela, c’est du harcèlement pour un bienfaiteur de l’humanité