Stromboli

29 août 2019 13:21; Act: 29.08.2019 14:56 Print

Panique à bord du voilier à cause du volcan

L'île de Stromboli, au large de la Sicile, a connu une nouvelle forte éruption volcanique mercredi. Une jeune femme à bord d'un voilier a eu une sacrée frayeur.

Sur ce sujet
Une faute?

«L'explosion de forte intensité» est survenue à 12h17 sur le versant centre-sud du cratère, ont précisé sur leur compte Twitter les pompiers, qui n'ont pas fait état de blessés. L'Institut national italien de géophysique et de vulcanologie (INGV) a indiqué que l'épisode concernait la zone centre-sud du cratère et, de façon moins importante, la zone nord. Il a précisé que la colonne de fumée s'échappant du volcan atteignait une hauteur dépassant 2 kilomètres en milieu d'après-midi.

Elena Schiera était sur un voilier lorsque le volcan est entré en éruption. Elle a filmé le phénomène de très près. «Nous avons immédiatement augmenté la vitesse du bateau au maximum, même si, étant sur un voilier, nous ne pouvions pas aller très vite, raconte la jeune Italienne à CNN. Ensuite, le nuage est arrivé en mer et a commencé à avancer rapidement vers nous. Nous avons commencé à paniquer lorsque le nuage s'est approché de notre poupe, mais grâce à mon père, qui était à la barre, nous avons réussi à nous échapper juste à temps».

Voir cette publication sur Instagram
Panarea ⛵️❤️ Une publication partagée par Elena Schiera ???????? (@elena_schiera21) le 27 Août 2019 à 11 :43 PDT

Deux explosions en juillet

Le volcan de Stromboli, dans l'archipel des îles éoliennes, près de la Sicile, avait connu deux énormes explosions le 3 juillet sur le versant centre-sud du cratère principal, provoquant la mort d'un randonneur sicilien de 35 ans. Depuis lors, l'ascension des pentes du volcan avait été interdite durant l'été, en présence encore de coulées de lave jusqu'à la mer, particulièrement visibles la nuit.

Le volcan, dont le sommet se trouve à 920 mètres d'altitude et la base à 2 000 mètres sous la mer, est l'un des rares dans le monde présentant une activité quasi continue, précise l'Institut national de géophysique et de vulcanologie (INGV). En temps normal, le «phare de la mer Tyrrhénienne» est secoué par de petites éruptions régulières, accompagnant les randonneurs qui font son ascension.

(L'essentiel/afp)