Crise migratoire

24 juin 2018 22:23; Act: 25.06.2018 13:15 Print

Paris et Berlin veulent avancer sans consensus

Face à l'absence de consensus à 28, Emmanuel Marcon et Angela Merkel ont demandé, dimanche, à ce que plusieurs États membres nouent des accords sur les défis migratoires.

storybild

La chancelière allemande Angela Merkel avec Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, ce dimanche à Bruxelles. (photo: AFP/Yves Herman)

Sur ce sujet

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont appelé, dimanche, à des accords à plusieurs pays sur les défis migratoires, pour contourner l'absence de consensus qui paralyse l'UE, encore illustrée par le blocage d'un nouveau navire au large de Malte avec 239 migrants à son bord. Ce nouveau bras de fer en Méditerranée autour cette fois du Lifeline, à qui l'Italie et Malte ont refusé l'accostage, se poursuivait alors qu'étaient réunis à Bruxelles les dirigeants de 16 pays pour un mini-sommet visant à apaiser le climat de tension face aux questions migratoires.

«Cher Matteo Salvini, nous n'avons pas de viande à bord, seulement des humains», a lancé l'ONG allemande responsable du navire, où se trouvaient notamment quatre bébés secourus en mer, après des déclarations du ministre italien de l'Intérieur sur la «chair humaine» qu'il transportait. La «réunion informelle» de dimanche à Bruxelles n'a pas débouché sur des mesures concrètes, mais elle a été «utile», a estimé à son issue le président français Emmanuel Macron. Elle a notamment «permis d'écarter des solutions pas conformes à nos valeurs, comme les stratégies de refoulement», a déclaré M. Macron, plaidant pour une «solution européenne».

Problème des «mouvements secondaires»

Cette solution «se construira uniquement sur la coopération entre les États membres de l'UE, que ce soit une coopération à 28 ou entre plusieurs États qui décident d'avancer ensemble», a-t-il ajouté, faisant écho aux déclarations de la chancelière allemande Angela Merkel. «Nous sommes tous d'accord pour réduire la migration irrégulière, pour protéger nos frontières», a déclaré Mme Merkel. Mais quand un consensus n'est pas possible, «nous voulons réunir ceux qui sont volontaires pour trouver un cadre commun d'action», a ajouté la chancelière.

Elle avait évoqué plus tôt la nécessité de trouver des «accords bilatéraux ou trilatéraux dans l'intérêt mutuel», en partant du principe que le sommet à 28 programmé les 28-29 juin à Bruxelles, «n'apportera pas encore de solution globale au problème des migrations». Mme Merkel et M. Macron ont notamment mis l'accent sur la nécessité de résoudre le problème des «mouvements secondaires», c'est-à-dire des demandeurs d'asile qui se déplacent dans l'UE, au lieu de rester dans le pays par lequel ils sont entrés dans l'attente d'une décision sur leur cas. C'est pour y mettre fin que le ministre allemand de l'Intérieur menace d'instaurer un refoulement unilatéral aux frontières des migrants. Contre l'avis d'une chancelière fragilisée, qui souhaite des décisions concertées avec ses voisins.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • la fin ? le 25.06.2018 01:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bordel...oui c'est la nouvelle définition que l'on peut donner à l'UE ...impuissante et complètement dépassée par le problème majeur de l'immigration illégale. Gouverner ...c'est prévoir et non réagir en panique. Quelle est l'ONG qui va sauver l'UE qui est en train de sombrer comme le Titanic. Seul espoir...avoir un Trump européen...ou encore mieux ...un homme comme Poutine.

  • Mu le 25.06.2018 07:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On vas finir surpeuplé avec ces migrations et le pire c est que on commence à ne plis avoir ni aides de nos pays ni boulot etc etc ça une Europe les anglais ont bien raison de sortir de ce système .

  • Joule le belge le 25.06.2018 13:41 Report dénoncer ce commentaire

    Si les partis d'extrème-droite (tout comme d'extrème-gauche) font le plein de voix dans plusieurs pays européens, c'est tout simplement parce que les partis "classiques" sont trop occupés à leurs propres affaires et ne répondent plus aux attentes du peuple.

Les derniers commentaires

  • Joule le belge le 25.06.2018 13:41 Report dénoncer ce commentaire

    Si les partis d'extrème-droite (tout comme d'extrème-gauche) font le plein de voix dans plusieurs pays européens, c'est tout simplement parce que les partis "classiques" sont trop occupés à leurs propres affaires et ne répondent plus aux attentes du peuple.

    • Adolphe le 25.06.2018 15:44 Report dénoncer ce commentaire

      Ok mais est-ce la bonne solution ? L'avenir nous le dira.... mais de par le passé c'était pas jojo...

  • Gaspard le 25.06.2018 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Pour les gouvernements actuels et ses journalistes associés(radios, teles et journaux...) la definition du populisme est de n'être pas d'accord avec eux

  • Pepe le 25.06.2018 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    C'est tellement facile et "humaniste" d'inviter les immigrés illégaux au nom de tous les européens. Mais les peuples, dans leur sagesse, pressentent des problèmes futurs que nos politiciens engendrent actuellement. Regardez les résultats des élections en G.B., en Allemagne, en Hongrie, en Italie, et dernièrement en Slovenie.

  • Genghis Khan le 25.06.2018 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a toujours eu des invasions et aussi des migrations pendant notre histoire. La plus grande majorité s'est soldé par un débâcle et souvent aussi par une épuration ethnique pour les locaux

  • Lecteur le 25.06.2018 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    1. Nettoyer le bateau et soigner/donner à manger à tout le monde, 2. Renvoyer tout le monde à la maison, 3. Donner du ferme aux membres de cette ONG pour traffic illicite de clandestins. 4. Et surtout, laisser Madame la Chancelière en dehors de tout ça.

    • Artemis le 25.06.2018 11:52 Report dénoncer ce commentaire

      Madame la Chancelière est au pied du mur et elle n'a qu'un délai de quelques jours pour trouver une solution.