Athènes

27 septembre 2020 22:00; Act: 28.09.2020 18:08 Print

Plus aucun mineur seul dans les îles grecques

Pour désengorger les camps et de rassurer les habitants des îles lassés par la présence des migrants, le ministre grec des Migrations a fermé le camp municipal et le camp de Pikpa.

storybild

La Grèce avait essuyé des critiques pour sa gestion des migrants après l'incendie d'un camp à Lesbos. (archives) (photo: KEYSTONE/AP/Petros Giannakouris)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, a affirmé ce dimanche que les migrants mineurs non-accompagnés ne pourront plus résider dans les camps d’accueil, ni dans les centres d’accueil des îles. Interrogé sur les accusations de refoulement de migrants par les autorités grecques, il a répondu que les nouvelles arrivées étaient faibles car «la Grèce a brisé la chaîne des trafiquants (d’êtres humains) en mer Égée».

La Grèce abrite plus de 24’000 migrants entassés dans des camps, essentiellement sur des îles, dont la moitié se trouve encore à Lesbos. Les conditions de vie dans le camp provisoire érigé à la hâte pour loger les migrants laissés sans abri après le récent incendie du camp de Moria, ont été critiquées par les ONG.

Situation critique

Malgré les efforts du gouvernement pour transférer depuis le début 2020 des milliers de personnes en Grèce continentale, la situation reste toujours critique sur les îles. Dans sa tentative de désengorger les camps et de rassurer les habitants des îles lassés par la présence des migrants, Mitarachi a annoncé mercredi la fermeture du camp municipal à Lesbos, qui compte mille réfugiés vulnérables. Il a également annoncé fermer le camp de Pikpa à Lesbos, une structure bénévole.

Dix pays de l’Union européenne se sont engagés à accueillir quelque 400 migrants mineurs non accompagnés, évacués de Lesbos. Parmi ces pays, l’Allemagne et la France avaient assuré qu’ils prendraient en charge chacun 100 à 150 de ces enfants.

Premier décès lié au Covid-19

Les autorités grecques ont par ailleurs annoncé dimanche le premier décès lié au nouveau coronavirus dans un camp de migrants. La victime est un Afghan de 61 ans, père de deux enfants, qui résidait dans le camp de Malakassa près d’Athènes, a annoncé le ministère de l’Asile. L’homme était hospitalisé dans la capitale grecque.

Ce camp, comme ceux de Schisto et Elaionas – également près d’Athènes – ont été placés en quarantaine début septembre en raison de la recrudescence de cas de coronavirus parmi les migrants. Sur l’île de Lesbos, après le récent incendie du camp de Moria, plus de 240 demandeurs d’asile ont été testés positifs dans le camp provisoire où ils ont été transférés.

Les autorités grecques ont annoncé dimanche 218 nouvelles contaminations au Covid-19 et trois décès dans le pays. Ces nouveaux chiffres portent le total de cas à 17'444 et celui de décès à 379 depuis le début de la pandémie.

(L'essentiel/ATS/NXP)