Violences en Catalogne

26 octobre 2019 09:04; Act: 26.10.2019 09:12 Print

Près de 300 policiers blessés en Catalogne

Le gouvernement espagnol a annoncé que 289 des forces de l'ordre avaient été blessées depuis le début du mouvement déclenché après la condamnation d'indépendantistes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Deux cent quatre-vingt neuf agents des forces de l'ordre, dont deux sont toujours hospitalisés, ont été blessés dans les manifestations violentes en Catalogne, a annoncé vendredi le gouvernement espagnol. La plupart de ces blessés (226) sont déjà comptabilisés dans le bilan officiel de 593 blessés soignés par les services d'urgence du gouvernement régional de Catalogne entre le 14 et le 20 octobre. Des informations erronées circulant sur les réseaux sociaux affirment que ces quelque 600 personnes ont été blessées par les policiers.

Au total, 289 policiers ont été blessés dans les affrontements avec des manifestants violents lançant pavés, cocktails molotov et billes d'acier, «dont 154 Mossos d'Esquadra (police régionale), 134 membres de la police nationale» et un policier d'un autre corps, a précisé la porte-parole du gouvernement Isabel Celaa. Les services d'urgence de Catalogne (SEM) avaient publié le 22 octobre un communiqué chiffrant à 593 le nombre de blessés qu'ils avaient soignés, dont 226 policiers au total (116 Mossos d’Esquadra et 110 policiers nationaux).

Quatre manifestants ont perdu un œil, dont trois sont toujours dans un état grave, selon la directrice du département de la Santé de Catalogne, Alba Verges. L'Assemblée nationale catalane (ANC), puissante organisation indépendantiste, a publié un communiqué en français et en anglais affirmant que selon le département de la Santé du gouvernement régional, «il y a 579 blessés victimes des violences policières». Un centre des droits humains appelé Iridia a diffusé par ailleurs ce tweet le 20 octobre: «Près de 200 interpellations, 22 incarcérations et près de 600 blessés, le bilan de la répression de six jours de manifestations en Catalogne». D'après la porte-parole du gouvernement, plus de 200 personnes ont été interpellées, 134 adultes et 15 mineurs ont été présentés devant un juge et 31 ont été incarcérés. Des 15 mineurs, 14 ont été laissés en liberté surveillée et un a été placé dans un centre de détention.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.