Bosnie-Herzégovine

03 juillet 2020 07:30; Act: 03.07.2020 07:36 Print

Prêts à verser leur sang pour défendre leur rivière

Des centrales hydroélectriques sont à l’étude sur un cours d’eau sauvage. Depuis plusieurs mois, des habitants luttent pour faire capoter le projet.

storybild

Sur 27 kilomètres, la Neretvica traverse une végétation abondante. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

En Bosnie, Safet Sarajlic est prêt à verser son «sang» afin de défendre la rivière Neretvica et son écosystème, vital pour les populations comme les espèces endémiques: avec d'autres, il a déclaré la guerre à un projet de petites centrales hydroélectriques. Dans un pays qui compte 260 cours d'eau, le secteur est en plein essor mais la résistance des habitants aussi.

Avec sa source à près de 1 800 mètres d'altitude en Bosnie centrale, la Neretvica traverse sur 27 kilomètres une végétation abondante et une quarantaine de hameaux.

«Pour nous, cette rivière c'est la vie. C'est l'artère de la vallée», dit Safet Sarajlic, 50 ans, l'un des leaders du mouvement «Pusti me da tecem» («Laisse-moi couler»). Ses eaux limpides sont potables, soulignent fièrement les habitants. On y trouve des écrevisses à pattes blanches, espèce protégée indicatrice de la qualité environnementale de l'eau, et huit types de poissons, dont deux espèces endémiques en danger, selon une étude de 2017 de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd).

Le projet porté par l'entreprise publique de production d'électricité de l'entité croato-bosniaque, l'une des deux composantes du pays, prévoit d'installer 15 petites centrales hydroélectriques (PCH) sur la Naretvica et ses affluents. En juin, les habitants ont réussi en manifestant à empêcher le lancement des travaux des deux premières d'entre elles. «Il y a ici vingt jeunes hommes prêts à donner leur vie pour la Neretvica!», a averti Sead Hakalovic, une figure de proue du mouvement.

Tomates et framboises

La vallée, où vivent environ 2 000 personnes, est connue par la qualité de sa tomate. La rivière est bordée de plantations de framboisiers. «L'agriculture fait vivre la plus grande partie des habitants ici. Si on construit les centrales, ce sera l'exode», avertit Sead Hakalovic.

Depuis une quinzaine d'année, 106 PCH (moins de 10 MW) ont été construites en Bosnie et «au moins 340 autres sont planifiées, en préparation ou en construction», explique à l'AFP Anes Podic, dirigeant de l'ONG «Eko akcija». Face à la fronde, les autorités régionales ont annoncé un moratoire de trois mois dans la construction de nouvelles centrales et une nouvelle législation pour «protéger les rivières».

Mais les militants réclament leur abandon définitif, expliquant que les dégâts sont «énormes» au regard des quantités «infimes» d'électricité produite. D'après Anes Podic, en 2019, les PCH ont représenté 3% seulement de la production totale d'électricité de la Bosnie, où 60% proviennent du charbon.

En détournant via un tuyau une partie du débit vers une turbine à deux ou trois kilomètres en aval, les PCH contribuent à l'assèchement des rivières, dénoncent les écologistes. Anes Podic affirme que les «minimums biologiques» devant être laissés à la rivière ne sont souvent pas respectés : «Ils redirigent la dernière goutte d'eau pour produire l'électricité».

Exagérations

«Ces accusations sont largement exagérées», rétorque Senad Husnic, un participant au projet Neretvica, dont la société Amitea exploite depuis 2016 deux autres centrales dans la même région. Celles-ci sont dans le viseur des ONG qui ont diffusé des photos du lit asséché de la rivière concernée. «C'est vrai que le lit était à sec quand ils l'ont photographié mais la centrale était alors à l'arrêt car il n'y avait pas d'eau. Ça, ça ne les intéresse pas», peste-t-il, assurant respecter les règles environnementales.

Mais les permis de construire sont souvent délivrés sur la base d'études hydrologiques datant des années 1960 ou 70, souligne Amir Variscic, de l'ONG Zeleni-Neretva. «Le climat a changé. La sécheresse dure désormais plus de la moitié de l'année, les pluies sont rares et diluviennes».

Des ONG dénoncent également une législation «favorable» aux investisseurs. Les conditions en vigueur sont «attrayantes», reconnaît Edhem Bicakcic, patron d'une société leader du secteur. Depuis 2005, il a construit pour divers investisseurs 45 mini-centrales en Bosnie et en Albanie, «sans contestation populaire, conformément aux normes écologiques les plus élevées», assure-t-il.

Mais sur la rive gauche de la Neretvica, Hatidza Salcinovic, 70 ans, ne veut rien savoir. Elle explique à l'AFP avoir refusé de vendre aux constructeurs une bande de terrain, ce qui les obligera à faire passer leur tuyau par l'autre rive. «Je suis prête à me battre pour ce lopin de terre. Si tout le monde fait comme moi, ils ne construiront jamais».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 03.07.2020 09:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo!La nature doit repasser devant l'intérêt des investisseurs véreux. Trouvez d'autres solutions. J'espère qu'ils ne lâcheront rien!

  • dawson le 03.07.2020 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les micros centrales hydrauliques sont des poisons pour les rivières ... ça réduits énormément les débits aux endroits où l’eau est détournée et des conséquences dramatiques pour la faune et flore ... mais évidemment dans l’intérêt financier des plusieurs personnes, on va détruire cette rivière.... comme beaucoup d’autre déjà

  • juste moi le 03.07.2020 08:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grand exemple à suivre

Les derniers commentaires

  • Peace & Love le 03.07.2020 15:09 Report dénoncer ce commentaire

    Les politiciens nous parlent d'écologie, ensuite ils servent les intérêts de ces capitalistes sans scrupules !!! Cette classe politique doit être virée ! Bravo à ceux qui luttent pour la nature.

  • dawson le 03.07.2020 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les micros centrales hydrauliques sont des poisons pour les rivières ... ça réduits énormément les débits aux endroits où l’eau est détournée et des conséquences dramatiques pour la faune et flore ... mais évidemment dans l’intérêt financier des plusieurs personnes, on va détruire cette rivière.... comme beaucoup d’autre déjà

  • Grand Maître le 03.07.2020 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces investisseurs ne doivent pas être si cleans....

  • Grand Maître le 03.07.2020 09:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo!La nature doit repasser devant l'intérêt des investisseurs véreux. Trouvez d'autres solutions. J'espère qu'ils ne lâcheront rien!

  • juste moi le 03.07.2020 08:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grand exemple à suivre