En Belgique

30 mai 2018 08:35; Act: 30.05.2018 10:32 Print

Quel est le profil du tueur radicalisé de Liège?

Un juge d'instruction antiterroriste et le parquet fédéral doivent donner des précisions, ce mercredi matin, sur les premiers éléments qu'ils disposent sur Benjamin Herman.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les enquêteurs belges tentaient de cerner mercredi le profil de Benjamin Herman, abattu la veille par la police après avoir tué trois personnes dont deux policières à Liège, un acte qualifié de «terroriste» par la justice belge. L'enquête a été confiée à un juge d'instruction antiterroriste, et le parquet fédéral doit donner des précisions sur ses premiers éléments mercredi matin lors d'une conférence de presse.

Décrit comme un délinquant plusieurs fois condamné pour vols, coups et blessures ou trafic de stupéfiants, Benjamin Herman était incarcéré depuis 2003 mais en permission de sortie lorsqu'il est passé à l'acte mardi. Il avait déjà bénéficié d'une vingtaine de congés pénitentiaires qui s'étaient bien déroulés, d'après le ministre belge de la Justice, Koen Geens, cité par l'agence de presse Belga. Selon une source proche de l'enquête jointe par l'AFP, Benjamin Herman était toutefois fiché par la police pour avoir été en contact, lors d'un séjour à la prison de Lantin (est), avec un détenu islamiste, et s'être radicalisé.

«Il est clair que l'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police», a déclaré de son côté le chef de la police de Liège, Christian Beaupère, lors d'une conférence de presse, en fin d'après-midi. Il a précisé que quatre policiers avaient été blessés aux bras et aux jambes lors de l'échange de tirs qui a suivi la prise d'otage. L'un d'eux a été atteint à l'artère fémorale.

(L'essentiel/afp)