Union européenne

28 septembre 2020 07:45; Act: 28.09.2020 10:40 Print

Reprise des discussions sur l'accord post-​​Brexit

Le Royaume-Uni et l’Union européenne débutent ce lundi, un nouveau cycle de discussions sur leur future relation, le dernier prévu à l’agenda.

storybild

La semaine débute à la mi-journée par une rencontre à Bruxelles entre le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, et le secrétaire d’État britannique, Michael Gove. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Pressés par le temps et malgré une confiance ébranlée par le revirement britannique sur le traité du Brexit, le Royaume-Uni et l’UE renouent lundi le dialogue, avec l’espoir qu’un accord sur leur future relation commerciale reste possible.

La semaine débute à la mi-journée par une rencontre à Bruxelles entre le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, et le secrétaire d’État britannique, Michael Gove. Au cœur de ces discussions, le très controversé projet de loi en cours d’examen au Parlement britannique, qui remet en cause certains engagements pris par le Royaume-Uni dans l’accord encadrant son départ de l’UE, le 31 janvier dernier.

Le texte revient sur certaines dispositions douanières et relatives aux aides publiques pour la province britannique d’Irlande du Nord, prévues afin d’éviter le retour d’une frontière avec la République d’Irlande, un garde-fou essentiel au maintien de la paix sur l’île. Furieux de ce revirement, qui enfreindrait de l’aveu même du gouvernement britannique le droit international, les Européens ont donné à Londres jusqu’à la fin du mois pour retirer leur projet, sous peine d’un recours en justice.

«Grande difficulté»

Les négociateurs doivent ensuite entrer mardi dans le vif du sujet: un nouveau cycle de discussions sur leur future relation, le neuvième depuis mars et le dernier pour l’instant inscrit à l’agenda. De sources concordantes, aucune percée n’est attendue pendant cette semaine de discussions dans la capitale belge.

Mais «la voie vers un accord devra être identifiée», insiste un diplomate européen. «Si nous n’avons aucun mouvement, le processus sera en grande difficulté», alerte-t-il. Et le spectre d’un «no deal», qui ébranlerait un peu plus des économies déjà fragilisées par l’épidémie de coronavirus, viendrait à nouveau hanter les esprits. Les discussions doivent s’achever vendredi, au moment même où les chefs d’État et de gouvernement de l’UE seront réunis à Bruxelles, pour un sommet de deux jours, qui aura débuté jeudi.

Elles se tiennent dans un calendrier particulièrement serré: le Premier ministre britannique Boris Johnson a laissé aux négociateurs jusqu’au 15 octobre, date d’un sommet européen à Bruxelles, pour parvenir à s’entendre. Les Européens estiment eux qu’un accord commercial doit être conclu avant fin octobre. L’objectif est de laisser le temps nécessaire d’une ratification du texte pour qu’il entre en vigueur le 1er janvier 2021, quand aura pris fin la période de transition pendant laquelle le Royaume-Uni continue d’appliquer les normes européennes.

«Un partenaire auquel on ne peut pas se fier»

Mais les pourparlers butent toujours sur plusieurs «sujets sensibles» sur lesquels les deux parties restent «encore très éloignées l’une de l’autre», selon un autre diplomate de l’UE. Parmi eux, l’éternelle question des garanties exigées par l’UE en matière fiscale, sociale, environnementale et surtout d’aides d’État, pour éviter de voir surgir de l’autre côté de la Manche une économie dérégulée, qui la concurrencerait de manière déloyale.

Un accord sur la pêche, permettant aux Européens de continuer à pêcher dans les eaux britanniques, très poissonneuses, reste également à trouver - même si Londres a présenté, lors du précédent round, une tentative de compromis.

Enfin, la «gouvernance» du futur accord, en particulier la manière dont Londres et Bruxelles seront amenés à résoudre leurs futurs différends commerciaux (et la place de la Cour de justice de l’UE dans ce processus), continue de poser problème. Le projet de loi britannique a sérieusement échaudé les États membres, qui comptent ficeler un accord aussi solide que possible, en guise d’assurance contre toute future tentative de revirement.

«L’intention, c’est de border le texte juridiquement. Pas sûr que les Britanniques soient prêts à ça», explique une source européenne. «Ils sont très relax sur le fait de réinterpréter les dispositions qui ne leur plaisent pas, voire de les violer», poursuit-elle. «On traite avec un partenaire auquel on ne peut pas se fier».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • IUK King le 28.09.2020 11:01 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon ils peuvent signer n'importe quoi vu qu'ils voteront une loi pour outrepasser le droit international...

  • Le Catalan le 28.09.2020 10:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore un tour pour rien... Combien on parié que tout va se faire à la dernière minute pendant les derniers jours du mois de décembre, juste avant la date butoir ?

Les derniers commentaires

  • IUK King le 28.09.2020 11:01 Report dénoncer ce commentaire

    De toute façon ils peuvent signer n'importe quoi vu qu'ils voteront une loi pour outrepasser le droit international...

  • Le Catalan le 28.09.2020 10:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore un tour pour rien... Combien on parié que tout va se faire à la dernière minute pendant les derniers jours du mois de décembre, juste avant la date butoir ?