Cour de l’UE

06 août 2020 14:50; Act: 06.08.2020 15:00 Print

Revers en justice pour le suspect de l’affaire Maddie

Christian Brueckner avait contesté sa condamnation pour le viol d’une septuagénaire. Un avocat de la Cour de justice de l’UE a estimé que les poursuites pourraient être légales.

storybild

Christian Brueckner a été condamné en décembre 2019 à 7 ans de prison par le tribunal de Brunswick, pour le viol et le vol d’une Américaine de 72 ans survenu en 2005 au Portugal. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le quadragénaire allemand devenu le principal suspect dans la disparition de la petite Maddie a essuyé jeudi un revers dans sa tentative de contester sa condamnation pour le viol d’une septuagénaire en 2005. L’avocat général de la Cour de justice de l’UE a estimé que les poursuites pour ces faits sont légales si l’Italie, qui avait remis le suspect à l’Allemagne dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen, a bien donné son feu vert.

L’avocat général, Michal Bobek, ne se prononce pas sur le fait de savoir si la condition est effectivement remplie. Mais le rappel des faits contenu dans ses conclusions mentionne bien que la Cour d'appel de Milan a consenti en mars 2019 à la demande de la justice allemande de le poursuivre pour ces faits de viol et d’extorsion. Le mandat d’arrêt européen sur la base duquel il avait été arrêté en Italie en 2018 concernait au départ une affaire de trafic de drogue, pour laquelle il est actuellement incarcéré en Allemagne.

Condamné en 2019

Cet homme, désigné par la justice allemande comme Christian Brueckner, a été condamné en décembre 2019 à 7 ans de prison par le tribunal de Brunswick, pour le viol et le vol d’une Américaine de 72 ans survenu en 2005 au Portugal, dans le même village de Praia da Luz où la petite Madeleine McCann a disparu en mai 2007. Mais il a saisi la Cour fédérale de justice allemande pour contester cette condamnation. La sentence est actuellement suspendue au recours devant la Cour de justice de l’UE, à qui la cour allemande a demandé de se prononcer sur une règle relative au mandat d’arrêt européen.

Les conclusions de l’avocat général ne sont pas contraignantes pour la Cour de Luxembourg mais sont généralement suivies. Une décision est attendue à la fin du mois ou début septembre. L’avocat de Christian Brueckner, Friedrich Fuelscher, a souligné auprès de l’AFP que la décision de la Cour était «toujours ouverte», ces conclusions n’étant que «l’opinion légale personnelle de l’avocat général».

Le quadragénaire, pédophile multirécidiviste, est actuellement incarcéré dans une prison de Kiel, dans le nord de l'Allemagne, où il a purgé les deux tiers de sa peine pour trafic de drogue. Il a demandé une libération anticipée, avant le terme prévu du 7 janvier 2021. Ses avocats estiment que sa condamnation de 2019 pour viol et extorsion n’est pas légale parce qu’il a été remis à son pays d’origine sur la base d’un mandat d’arrêt européen portant sur des faits distincts. Ils soulignent qu’en vertu de la «règle de spécialité», il ne pouvait donc être poursuivi pour les faits de viol et d’extorsion.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • g raison le 06.08.2020 17:02 Report dénoncer ce commentaire

    Quelles que soient les arguties juridiques, ce genre de charmant personnage ne devrait plus pouvoir circuler dans la rue...

  • Europe solidaire le 06.08.2020 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    N'y a-t-il pas une règle qui laisse la justice sanctionner les justiciables au sein de l'UE quelle que soit la nationalité dans l'UE, le lieu des faits reprochés dans l'UE, et la nature des faits ? Après tout, c'est injuste qu'un criminel ne soit pas jugé parce qu'il aurait changé de pays. On n'est pas à l'époque des Nazis réfugiés en Amérique du Sud dans les années 50-60-70...

Les derniers commentaires

  • Europe solidaire le 06.08.2020 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    N'y a-t-il pas une règle qui laisse la justice sanctionner les justiciables au sein de l'UE quelle que soit la nationalité dans l'UE, le lieu des faits reprochés dans l'UE, et la nature des faits ? Après tout, c'est injuste qu'un criminel ne soit pas jugé parce qu'il aurait changé de pays. On n'est pas à l'époque des Nazis réfugiés en Amérique du Sud dans les années 50-60-70...

  • g raison le 06.08.2020 17:02 Report dénoncer ce commentaire

    Quelles que soient les arguties juridiques, ce genre de charmant personnage ne devrait plus pouvoir circuler dans la rue...