Après les élections

10 septembre 2018 09:33; Act: 10.09.2018 09:52 Print

Sans majorité, qui va gouverner la Suède?

Aux législatives suédoises, aucun des deux grands blocs politiques n'a obtenu la majorité face à une extrême droite en progression.

Sur ce sujet

Une période d'incertitude s'ouvre en Suède après les législatives de dimanche qui ont confirmé l'ancrage de l'extrême droite et accouché d'une équation à trois inconnues: qui a gagné? qui va gouverner? avec qui? D'ordinaire, devient Premier ministre le dirigeant du parti qui a rassemblé le plus de suffrages, ou celui jugé le mieux à même de former un gouvernement. Mais le paysage politique de plus en plus fragmenté de la Suède complique tous les calculs. Aucun des deux grands blocs dominants de l'échiquier politique n'a obtenu la majorité face à une extrême droite qui progresse encore, quoique moins qu'elle n'espérait.

Si les partis traditionnels veulent contenter l'opinion, «il leur faudra beaucoup d'imagination», prédisait dimanche le journal Svenska Dagbladet. «Quel que soit le résultat de la confrontation dramatique entre les blocs, la Suède aura du mal à se trouver un gouvernement qui puisse bien fonctionner», s'inquiétait lundi le quotidien de référence Dagens Nyheter. Le bloc «rouge-vert» sortant jouit de la plus petite avance possible sur l'opposition du centre et de droite: un seul siège. Et il reste à dépouiller le vote des Suédois de l'étranger, souvent favorable à la droite. Ce sera fait mercredi. Les sociaux-démocrates ont perdu 2,8 points par rapport à 2014, et réalisé leur plus mauvais score depuis plus d'un siècle.

«Nous sommes le premier parti de Suède», s'est néanmoins félicité le social-démocrate Stefan Löfven dimanche soir, avant de prendre publiquement acte de l'impasse dans laquelle il se trouve, et de tendre la main à l'opposition. «Cette élection marque l'enterrement de la politique des blocs. Personne n'a obtenu de majorité. Il est donc naturel de lancer une collaboration entre les blocs», a-t-il déclaré.

La gauche avec qui?

Comme un seul homme, les dirigeants de l'opposition lui ont au même moment exprimé une fin de non-recevoir. «Ce gouvernement a fait son temps. Il doit démissionner», a lancé Ulf Kristersson à ses partisans. La gauche compte rempiler pour un nouveau mandat de quatre ans, mais avec qui? Stefan Löfven peut tenter de refaire le coup de 2014: former un gouvernement minoritaire avec les écologistes et le soutien au parlement du Parti de gauche (ex-communistes), puisque le camp d'en face est encore plus minoritaire.

Il serait alors sous la menace permanente de l'opposition, en embuscade pour l'empêcher de légiférer et le faire tomber à la première occasion, par exemple sur le budget, avec les voix de l'extrême droite. Il pourrait aussi jouer l'ouverture et inviter libéraux et centristes à la table des négociations, tout en restant, là encore, minoritaire. Tout dépendra du rapport de force final.

«Si le bloc gauche-vert est plus important, le Centre et les libéraux ont la clé, et non plus le dirigeant d'extrême droite Jimmie Åkesson», a estimé Mikael Gilliam, professeur de sciences politiques à l'Université de Göteborg, sur les ondes de la radio publique SR. Pure politique fiction à ce stade: libéraux et centristes sont membres de l'Alliance du centre et de la droite, avec les conservateurs et les chrétiens-démocrates. Et leur objectif est de tenter de former avec eux un gouvernement, emmené par le conservateur Ulf Kristersson.

Droite en position délicate

Malgré des divergences, les partis de l'Alliance, au pouvoir entre 2006 et 2014, sont d'accord pour gouverner ensemble. La partie ne s'annonce pas facile: ils auront forcément besoin de voix de l'extrême droite. Les Démocrates de Suède (SD, anti-immigration) demanderaient alors à insérer leurs propositions dans la plateforme gouvernementale, ou des présidences de commissions parlementaires. Si M. Kristersson prenait le pouvoir, sa position serait délicate. «Son gouvernement serait dépendant des Démocrates de Suède et ce ne serait pas gratuit. Les Démocrates de Suède présenteraient leurs exigences», analyse pour l'AFP Lisa Pelling du centre d'études Arena Ide.

M. Kristersson privilégie plutôt des compromis avec les sociaux-démocrates, comme ce fut le cas ces quatre dernières années avec la signature de 26 accords, sur l'immigration, l'énergie et le climat notamment. Au cas où la défaite du centre-droit se confirmerait, cette continuité semble la moins mauvaise des solutions pour lui, estime David Ahlin, directeur du département opinion de l'institut Ipsos.

Mais «la situation est extrêmement incertaine. Seulement 30 000 voix séparent les deux blocs et mercredi seront comptées les 200 000 votes des Suédois de l'étranger», rappelle-t-il. «Le plus probable est que l'Alliance reste constituée en coalition et essaie d'obtenir un soutien de l'autre côté de la ligne des blocs».

Fort de son score (17,6%, en hausse de près de cinq points), le président des Démocrates de Suède Jimmie Åkesson a de son côté lancé dimanche soir un nouvel ultimatum à la droite: «Kristersson, avec qui veux-tu négocier, Stefan Löfven ou Jimmie Åkesson?» «Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités», a-t-il assuré.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bof bof le 10.09.2018 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On aurait organisé ce réchauffage pour les manipuler ?

  • Yann L le 10.09.2018 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui dit que le vote n'a pas été manipulé pour faire perdre les vrais patriotes suédois et amis de la Russie ? On peut se poser la question ...

  • Lénine Staline Poutine le 10.09.2018 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vote était peut-être manipulé mais pas très bien alors car d'autres pays font mieux !

Les derniers commentaires

  • Les trolls le 10.09.2018 14:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si j'y réfléchis je suis contre la gauche et contre la droite alors il ne reste qu'un parti que j'aime celui des vrais patriotes.

  • Siegfried le 10.09.2018 14:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'en ai assez du réchauffage !!! Je préfère quand il fait 35 ou 40 en fait c'est normal !!!

  • Margharita Pourri le 10.09.2018 13:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je vais finir par penser que c'est un complot contre les patriotes suédois et la Russie.

  • Bof bof le 10.09.2018 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On aurait organisé ce réchauffage pour les manipuler ?

  • Lénine Staline Poutine le 10.09.2018 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le vote était peut-être manipulé mais pas très bien alors car d'autres pays font mieux !