Cancer du sein

02 mai 2018 22:56; Act: 03.05.2018 11:14 Print

Scandale après des dépistages non effectués

Des centaines de milliers de Britanniques n'ont pas été invitées à subir un dépistage du cancer du sein. Un algorithme informatique est à l'origine de cette «déficience grave».

storybild

L'erreur a concerné plus de 400 000 femmes.

Sur ce sujet
Une faute?

Une «déficience grave» dans le système de dépistage du cancer du sein au Royaume-Uni pourrait avoir «écourté la vie» d'entre 135 et 270 femmes, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Jeremy Hunt, devant le Parlement. Selon le ministre, l'erreur concerne un «algorithme informatique» et remonte à 2009. Elle a été repérée à la suite d'analyses de données menées par l'organisme de santé Public Health England (PHE).

«Selon les dernières estimations que j'ai reçues de PHE, on estime qu'entre 2009 et 2018, 450 000 femmes âgées de 68 à 71 ans n'ont pas été invitées à faire leur dernier dépistage», a-t-il déclaré. «À ce stade, il n'est pas clair si les retards de diagnostic ont entraîné des dommages évitables ou des morts», a-t-il ajouté, indiquant avoir diligenté une enquête indépendante pour faire la lumière sur cette affaire. L'erreur pourrait toutefois avoir «écourté la vie d'entre 135 et 270 femmes», a-t-il dit, précisant qu'il était «peu probable» que ce bilan soit «supérieur», et qu'il pourrait être «considérablement inférieur».

Réagissant à cette annonce, Emma Greenwood, une responsable du centre britannique de recherches sur le cancer, Cancer Research UK, a jugé dans un communiqué «très inquiétant d'apprendre que tant de femmes n'ont pas été invitées à subir un dépistage sur une longue période de temps». En Angleterre, les femmes âgées entre 50 à 70 ans sont automatiquement invitées à faire un dépistage du cancer du sein tous les trois ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Masha 58 le 03.05.2018 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    Sacré Poutine!! Alors la vous avez tapé bien fort!

  • Unicorn le 03.05.2018 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Ces 450.000 femmes l'échappent belle, car les erreurs de diagnostics sont nombreux, de 30 à 60% selon le pays et la période, des erreurs qui entraînent des interventions médicales qui non seulement sont inutiles, mais encore peuvent favoriser le développement d'un cancer. La mammographie sert à rentabiliser les appareils et les centres d'analyses. Et ils sont malins. Ils ne parlent pas d'erreurs, ils parlent de faux-positfs.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 03.05.2018 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Ces 450.000 femmes l'échappent belle, car les erreurs de diagnostics sont nombreux, de 30 à 60% selon le pays et la période, des erreurs qui entraînent des interventions médicales qui non seulement sont inutiles, mais encore peuvent favoriser le développement d'un cancer. La mammographie sert à rentabiliser les appareils et les centres d'analyses. Et ils sont malins. Ils ne parlent pas d'erreurs, ils parlent de faux-positfs.

  • Masha 58 le 03.05.2018 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    Sacré Poutine!! Alors la vous avez tapé bien fort!