En Wallonie

26 janvier 2017 12:19; Act: 26.01.2017 12:37 Print

Scandale d'emplois fictifs: un ministre démissionne

Le ministre wallon Paul Furlan a démissionné jeudi, devenant le premier élu à être emporté par un scandale d'emplois fictifs présumés au sein d'entreprises publiques.

storybild

Paul Furlan a affirmé être «droit dans ses bottes» mais a décidé de démissionner parce que «la sérénité n'est plus assurée» au sein du gouvernement. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Figure montante du Parti socialiste (PS), Paul Furlan, ministre wallon chargé des Pouvoirs locaux, s'est longuement défendu lors d'une conférence de presse de toute malversation dans l'affaire dite «Publifin», du nom d'une société intercommunale basée à Liège qui rémunérait grassement des représentants de partis politiques qui siégeaient dans ses instances, parfois pour ne rien faire.

Le chef de cabinet adjoint de Paul Furlan, Claude Parmentier, avait dû démissionner mi-janvier en raison de sa rémunération élevée comme administrateur de la filiale au statut privé de Publifin, Nethys. M. Furlan, à qui l'opposition reprochait de ne pas avoir exercé un contrôle suffisant sur Publifin, ainsi que d'avoir confié à un membre de son cabinet la gestion de ses sociétés privées, a affirmé être «droit dans ses bottes», selon l'agence de presse Belga.

Véritable nébuleuse

Mais il a décidé de présenter sa démission parce que «la sérénité n'est plus assurée» au sein du gouvernement wallon. Soutenu par le PS, Paul Furlan avait en revanche été lâché ces dernières heures par le partenaire des socialistes au sein de la coalition qui dirige la Wallonie, le parti centriste CDH, qui lui réclamait des explications «dans les plus brefs délais». Le CDH a «pris acte» jeudi de sa démission, estimant qu'il avait «posé un geste d'intérêt général».

Nébuleuse constituée d'une cinquantaine de sociétés mise sur pied depuis une quinzaine d'années par l'un des hommes forts du PS liégeois, Stéphane Moreau, Nethys était au départ active dans la distribution de gaz et d'électricité et dans la télédistribution. Elle a ensuite étendu ses activités. À côté de son pôle «énergie» et télédistribution (sous la marque Voo), elle dispose d'un pôle financier (avec des participations dans l'assurance ou encore l'aéroport de Liège), ainsi que d'une importante branche média.

Elle possède le groupe de presse régional (L'Avenir) et une majorité de parts dans BeTv (ex Canal+ Belgique), ainsi que des participations dans les groupes français La Provence (11%) et Nice-Matin (20%).

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean 20 le 26.01.2017 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Les emplois fictifs , Les détournements de fond etc...etc... cela existe depuis très très longtemps a commencer dans les communautés Européennes et je parle en connaissance de cause . Ils y en n'a qui se font avoir mais c'est une minorité . Et cela existe dans tout les pays du monde .

  • Jean le 26.01.2017 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    Ils peuvent démissionner et ne plus rien faire officiellement sans soucis vu des sommes accumulées !

Les derniers commentaires

  • Jean 20 le 26.01.2017 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Les emplois fictifs , Les détournements de fond etc...etc... cela existe depuis très très longtemps a commencer dans les communautés Européennes et je parle en connaissance de cause . Ils y en n'a qui se font avoir mais c'est une minorité . Et cela existe dans tout les pays du monde .

  • Jean le 26.01.2017 13:47 Report dénoncer ce commentaire

    Ils peuvent démissionner et ne plus rien faire officiellement sans soucis vu des sommes accumulées !