En Europe

21 mai 2019 12:51; Act: 21.05.2019 13:01 Print

Sept pays touchés par le fichage de Monsanto

Le groupe Bayer, propriétaire de Monsanto, a admis mardi que le fichage de personnalités en fonction de leurs opinions sur les OGM s'était produit dans sept pays.

storybild

Monsanto est au cœur de plusieurs controverses, notamment pour son produit roundup. (photo: AFP/Scott Olson)

Sur ce sujet
Une faute?

Des fichiers de personnalités commandés par Monsanto comme ceux déjà révélés en France existent dans six autres pays européens, ainsi que pour les institutions européennes, a annoncé mardi le groupe Bayer. «Nous estimons pour l'instant que l'agence Fleishman Hillard a établi pour le compte de Monsanto des listes en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, en Espagne et au Royaume-Uni, ainsi que pour des personnalités liées aux institutions européennes», écrit Bayer.

Le cabinet d'avocats Sidley Austin, mandaté par l'entreprise allemande, «déterminera si de telles listes existent aussi dans d'autres pays», ajoute Bayer. Jusque là, seule la liste établie en France était connue. Mais le groupe, après avoir présenté ses excuses, avait indiqué la semaine passée que d'autres pays européens étaient «très probablement» concernés. Le chimiste allemand, propriétaire de Monsanto depuis l'an dernier, a également annoncé avoir mis un terme «jusqu'à nouvel ordre» à sa collaboration en matière de communication avec Fleishman Hillard. Bayer continuera cependant de travailler avec ce cabinet sur des questions de marketing.

Plusieurs médias ont annoncé avoir saisi la justice après la révélation début mai par France 2 et Le Monde que des centaines de personnalités (politiques, scientifiques, journalistes) ont été fichées en fonction de leurs positions sur les pesticides et les OGM et de leur propension à être influencées. Les listes recensent «principalement des journalistes, des politiques et d'autres groupes d'intérêt», a confirmé Bayer.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • zorro le 21.05.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on dirait une surprise.. dans le livre le monde selon monsanto qui est sorti il y a 10 ans environ tous cela est déjà expliquer comme pratique courante

  • Jean le 22.05.2019 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    On se fout royalement de nous. Aux états unis ces produits sont interdits et les plaignants touchent des millions. En europe, ils veulent nous faire croire que ces produits sont innofensifs...

  • Citoyen le 22.05.2019 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    En voyant de telles pratiques, ne serait-il pas pertinent d'interdire la vente de tout les produits Monsanto?

Les derniers commentaires

  • Amen le 22.05.2019 10:17 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui créer vos médicaments, maintenant créer vos nourritures

  • Citoyen le 22.05.2019 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    En voyant de telles pratiques, ne serait-il pas pertinent d'interdire la vente de tout les produits Monsanto?

  • Jean le 22.05.2019 08:24 Report dénoncer ce commentaire

    On se fout royalement de nous. Aux états unis ces produits sont interdits et les plaignants touchent des millions. En europe, ils veulent nous faire croire que ces produits sont innofensifs...

  • zorro le 21.05.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on dirait une surprise.. dans le livre le monde selon monsanto qui est sorti il y a 10 ans environ tous cela est déjà expliquer comme pratique courante