Sanchez sur la Catalogne

07 avril 2019 15:38; Act: 08.04.2019 12:53 Print

«S'il y a des socialistes, pas d'indépendance»

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a assuré dimanche, que tant que les socialistes seront au pouvoir, «il n'y aura pas d'indépendance en Catalogne».

storybild

«Ce n'est pas en Catalogne que va se briser la Constitution espagnole», a-t-il déclaré. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Non c'est non. S'il y a un gouvernement socialiste, il n'y aura pas d'indépendance en Catalogne, il n'y aura pas de référendum sur l'indépendance et ce n'est pas en Catalogne que va se briser la Constitution espagnole, cela ne se produira pas», a déclaré M. Sanchez lors d'une réunion du Parti socialiste à Saragosse (nord-est).

Soulignant le caractère anticonstitutionnel d'une éventuelle indépendance catalane et le fait que «la communauté internationale avait tourné le dos aux leaders indépendantistes», en référence à la tentative de sécession d'octobre 2017, M. Sanchez a assuré qu'une telle option ne« se produirait pas, surtout et d'abord, parce que les Catalans eux-mêmes ne veulent pas l'indépendance de la Catalogne».

Des discussions ont tourné court

La population catalane (7,5 millions d'habitants) est divisée à parts à peu près égales entre partisans et adversaires de l'indépendance mais les séparatistes ont remporté une courte majorité des sièges au parlement régional en 2015 et en 2017.

Depuis son arrivée au pouvoir en juin dernier, M. Sanchez a cherché à nouer un dialogue avec les séparatistes, contrairement au gouvernement conservateur précédent. Mais les discussions ont tourné court, les séparatistes reprochant au gouvernement ne pas répondre à leurs demandes et la droite l'accusant de céder au «chantage» des premiers.

Élections anticipées

Le chef du gouvernement a été contraint en février de convoquer des élections anticipées après le rejet au Parlement de son budget par les séparatistes catalans et la droite.

Le problème de la Catalogne n'est pas l'indépendance mais la «cohabitation», aussi pour le résoudre, il y a deux chemins, a poursuivi M. Sanchez: «Continuer la confrontation, comme le veulent la droite et les indépendantistes, ou appeler au dialogue (...), ce que défend le Parti socialiste».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.