En Irlande

25 février 2020 12:01; Act: 25.02.2020 14:08 Print

Son étui de canne à pêche valait 53 millions d'euros

Un trafiquant de cannabis avait caché dans l'étui d'une canne à pêche les codes d'accès à ses 6 000 bitcoins, mais l'objet a été perdu dans une décharge.

storybild

L'homme qui a oublié ses précieux sésames donnant aujourd'hui accès à un pactole de plus de 53 millions d'euros en bitcoin. (photo: Pixabay/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Clifton Collins, un Irlandais de 49 ans, avait pensé bien faire en cachant dans l'étui de sa canne à pêche une feuille A4 sur laquelle étaient inscrits les 12 codes d'accès à autant de portefeuilles de cryptomonnaie. Ceux-ci contenaient quelque 6 000 bitcoins achetés entre 2011 et 2012 avec l'argent gagné grâce à sa culture de cannabis.

Mal lui en a pris. L'homme, qui a oublié ses précieux sésames donnant aujourd'hui accès à un pactole de plus de 53 millions d'euros en bitcoin, ne peut plus mettre la main sur l'objet servant de cachette. Tout comme les autorités irlandaises qui ont arrêté le dealer en 2017, rapporte The Irish Times.

Trace perdue

En effet, à la suite de sa condamnation à 5 ans de prison, le propriétaire de son habitation a vidé les lieux et transporté la plupart de ses affaires dans une décharge. Celle-ci envoie le matériel à l'étranger pour qu'il y soit incinéré. C'est le cas du fameux étui de canne à pêche, dont la trace a été définitivement perdue.

Mais même en retrouvant ses codes d'accès, Clifton Collins, qui voit sa grosse perte comme une punition pour sa stupidité, n'aurait pas pu récupérer son pactole. Le Criminal Asset Bureau, agence pénale de recouvrement irlandaise (Cab), a saisi les portefeuilles de cryptomonnaies, car l'achat des bitcoins a été financé par une activité illicite. Le Cab a néanmoins pu accéder à près de 1,5 million d'euros en bitcoin que Clifton Collins possédait sur un autre compte et les saisir, ainsi que plus de 100 000 euros en cash.

(L'essentiel/man)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.