Politique britannique

23 mai 2019 13:33; Act: 23.05.2019 14:42 Print

Theresa May concède un nouveau recul

La Première ministre britannique a été contrainte de repousser le vote sur son projet de loi concernant le Brexit. Un nouvel échec qui la rapproche encore de la sortie.

storybild

Theresa May se retrouve de plus en plus isolée. (photo: AFP/Jessica Taylor)

Sur ce sujet
Une faute?

La Première ministre britannique, Theresa May, a dû se résoudre jeudi, à repousser le vote par les députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit, qu'elle avait présenté comme «la dernière chance» de mettre en œuvre la sortie de l'UE. Le texte a fait l'objet d'un déluge de critiques tant de l'opposition travailliste que des eurosceptiques de son propre Parti conservateur, entraînant ainsi la démission mercredi soir de la ministre chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom.

Ce texte, que Theresa May comptait faire voter la semaine du 3 juin, ne figure pas au programme législatif annoncé jeudi par le gouvernement aux députés. Ce recul intervient le jour même des élections européennes au Royaume-Uni, qui s'annoncent difficiles pour les conservateurs, incapables de mettre en œuvre le Brexit, et il rapproche encore plus Mme May de la sortie. Andrea Leadsom a expliqué mercredi soir sa démission en affirmant «ne plus croire» que le gouvernement puisse mettre en œuvre le résultat du référendum de juin 2016 en faveur du Brexit.

Le plan de Mme May prévoit une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l'UE, pour tenter de rallier la majorité des députés. Mais en lâchant du lest, elle a hérissé les eurosceptiques de son camp, dont Andrea Leadsom. Le «comité 1922», responsable de l'organisation des Tories, s'est ainsi réuni jeudi, pour discuter d'un éventuel changement de règles pour évincer la Première ministre, déjà sommée la semaine dernière, par cette instance, de préparer son départ.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Quiet le 23.05.2019 15:34 Report dénoncer ce commentaire

    Les parlementaires n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la bonne solution depuis des mois. Ils cherchent à mettre leur échec sur les épaules de May, mais c'est bien eux qui sont incapables de s'entendre sur une solution. Le dernier recours est de présenter toutes les solutions possibles au peuple et de le laisser choisir la solution qu'il veut. Et puis, basta, c'est choisi et validé

  • Philux le 24.05.2019 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Union européenne, pourtant composée de 28 pays, de centaines de partis, arrive plus facilement à prendre des décisions que le Royaume-Uni qui, au final, n’a qu’à mettre en œuvre un choix assumé. Et les eurosceptiques britanniques osent encore donner des leçons. Quelle farce.

  • Le Russe le 23.05.2019 16:01 Report dénoncer ce commentaire

    Oui le peuple doit choisir, mais c'est plus facile si comme chez nous le Président choisit tout tout seul !

Les derniers commentaires

  • Philux le 24.05.2019 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Union européenne, pourtant composée de 28 pays, de centaines de partis, arrive plus facilement à prendre des décisions que le Royaume-Uni qui, au final, n’a qu’à mettre en œuvre un choix assumé. Et les eurosceptiques britanniques osent encore donner des leçons. Quelle farce.

  • Le Russe le 23.05.2019 16:01 Report dénoncer ce commentaire

    Oui le peuple doit choisir, mais c'est plus facile si comme chez nous le Président choisit tout tout seul !

  • Quiet le 23.05.2019 15:34 Report dénoncer ce commentaire

    Les parlementaires n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la bonne solution depuis des mois. Ils cherchent à mettre leur échec sur les épaules de May, mais c'est bien eux qui sont incapables de s'entendre sur une solution. Le dernier recours est de présenter toutes les solutions possibles au peuple et de le laisser choisir la solution qu'il veut. Et puis, basta, c'est choisi et validé