Burger en Belgique

09 octobre 2019 14:37; Act: 09.10.2019 14:49 Print

Bicky crée la polémique avec une pub sexiste

La marque de hamburger belge Bicky dérape avec une campagne qui banalise les violences conjugales.

storybild

Déjà 300 plaintes ont été recensées par le conseil de la publicité. (photo: Bicky Burger)

Sur ce sujet
Une faute?

Une femme frappée par un homme car elle ne lui apporte pas le hamburger demandé: une publicité a suscité un tollé en Belgique, consommateurs et politiques la jugeant «nauséabonde» et «irresponsable», sur fond de mobilisation contre les violences conjugales. Quelque 300 plaintes ont été recensées depuis mardi par le conseil de la publicité, l'organe disciplinaire du secteur en Belgique, a indiqué sa directrice, Sandrine Sepul, mercredi matin.

Posté sur Facebook, le visuel incriminé, qui emprunte à la BD et au pop art américain des années 50, montre un homme en costume-cravate décochant un coup de poing au visage à une femme blonde, qui vacille sous la violence du geste. «Sérieux, un faux Bicky?», proclame l'homme pour justifier le geste. Et l'annonceur d'expliquer, au-dessus de l'image, que seule la bonne couleur de boîte permet de s'assurer qu'il s'agit du «véritable Bicky», un steak cuit dans la friture prisé des Belges amateurs de junk-food.

Tollé en Belgique

Mercredi, tous les médias belges se faisaient l'écho du tollé provoqué par la publicité, rapidement retirée de Facebook mais qui restait visible dans les commentaires de nombreux internautes. «Bicky, hamburger à vomir», a écrit le journal Le Soir dans un billet d'humeur, se demandant comment, en 2019, des créatifs de la publicité pouvaient juger une telle campagne «drôle, sympa, prometteuse». «Tous les dix jours, un homme tue sa femme, ou son ex. Et tous les jours, certaines se font humilier, violer, tabasser», ajoutait le quotidien, faisant part de sa «rage».

Nawal Ben Hamou et Christie Morreale, ministres de l’Égalité des chances respectivement à la région Bruxelles-Capitale et en Wallonie, ont annoncé avoir saisi l'organe disciplinaire de la publicité. La première a fustigé sur sa page Facebook une campagne «nauséabonde et totalement irresponsable». «Environ une femme sur quatre subira des violences pendant sa vie, certaines d'entre elles en mourront. Utiliser la violence à l'égard des femmes dans la publicité est irresponsable», a renchéri sur Twitter, Mme Morreale.

Selon Mme Sepul, le jury d'éthique publicitaire de Belgique a transmis les plaintes reçues à l'organe équivalent des Pays-Bas, la Reclame Code Commissie. L'annonceur identifié, Izico, est établi aux Pays-Bas, a-t-elle expliqué. Ce dernier va désormais être amené à s'expliquer et une sanction pourrait être décidée d'ici à «quelques semaines». «Même s'il y a eu retrait (de la publicité), c'est important d'un point de vue moral et symbolique de statuer pour baliser les choses», a fait valoir Mme Sepul.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Florian le 09.10.2019 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut arrêter de voir le mal partout. Les gens ne font pu de différence entre réalité et fiction. Ceux qui on mauvaise conscience n'ont qu'à pas acheter le burger en question. Point final

  • madmed le 09.10.2019 16:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    moi ça me fait trop rire quand je vois les gens offusqués par de tels dessins et oui ce sont des dessins d'une culture populaire des années 50. allons nous brûler tout ce qui était de la sorte avant 2018? allons nous cracher sur notre passé. celui la même qui a fait en sorte qu'aujourd'hui nous y faisons attention? devons nous ignorer tout ça et mettre des oeillaires comme les chevaux ? ce monde a existé et dans bien des endroits il existe encore. attaquons le problème la ou il est cad dans les foyers!!!

  • lea le 10.10.2019 08:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est tout simplement honteux à l’époque où justement les femmes osent enfin parler et pour certaines porter plainte une telle pub n’a pas sa place.

Les derniers commentaires

  • Fred le 11.10.2019 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Une très bonne pub au contraire. La preuve tout le monde en parle donc la Pub est un succès. Le but d'une pub est de faire parler de l'entreprise et dans ce cas 10/10 Bravo .

  • Karine Suza le 10.10.2019 09:35 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas parce qu'une chose est mauvaise qu'il faut en interdire la représentation ou refuser d'en parler. C'est la violence qu'il faut combattre et on ne la vaincra jamais par le déni.

  • Joker le 10.10.2019 08:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans quel monde ont vit !!

  • lea le 10.10.2019 08:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est tout simplement honteux à l’époque où justement les femmes osent enfin parler et pour certaines porter plainte une telle pub n’a pas sa place.

    • Nathalie Bogdan le 10.10.2019 09:38 Report dénoncer ce commentaire

      Cette pub est salutaire ne serait-ce que parce qu'elle succite des réactions émotionnelles fortes et contradictoires, et contribue ainsi à la prise de conscience.

  • Unicorn le 10.10.2019 02:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En Occident les gens sont plus choqués du sexisme ordinaire

    • Bilal Kreg le 10.10.2019 09:40 Report dénoncer ce commentaire

      Le sexisme n'est jamais ordinaire.