Politique britannique

18 décembre 2019 12:51; Act: 18.12.2019 13:12 Print

Tony Blair critique sévèrement Jeremy Corbyn

L'ancien Premier ministre travailliste s'en est pris, mercredi, à la stratégie du leader du Labour, près d'une semaine après la cinglante défaite du parti aux législatives.

storybild

Absent du pouvoir depuis 2007, Tony Blair donne de temps en temps son avis sur la politique du Royaume-Uni. (photo: AFP/Tolga Akmen)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien Premier ministre travailliste britannique, Tony Blair, a étrillé mercredi le chef du parti, Jeremy Corbyn, après sa défaite électorale historique. Lors d'un discours à Londres, Tony Blair, chef du gouvernement de 1997 à 2007, a estimé que le Labour risque d'être «remplacé» s'il ne parvient pas à se «renouveler». Le parti a subi aux législatives sa pire défaite depuis 1935. Avec le départ annoncé de Jeremy Corbyn se pose la question de son orientation, très à gauche ces dernières années.

Ayant converti le Labour à un libéralisme assumé, Tony Blair, seul dirigeant travailliste victorieux ces 45 dernières années, a dénoncé l'échec du parti à «prendre une position claire sur le Brexit et à s'y tenir». Jeremy Corbyn a fait campagne en promettant de négocier un nouvel accord de Brexit qu'il soumettrait à un référendum face au maintien dans l'Union européenne, tout en restant neutre entre ces deux options. Selon Tony Blair, le Labour aurait dû accepter le résultat du référendum de 2016, critiquer l'accord de Brexit du gouvernement et défendre plus fermement le fait que la «décision finale devait revenir au peuple».

«Avec une autre direction du parti, nous aurions gardé davantage de votes dans les zones traditionnellement travaillistes», a-t-il poursuivi, «la majorité de ceux qui votent Labour étant en fait pour le maintien» dans l'Union européenne. «Nous avons suivi un chemin d'indécision presque comique», a-t-il dénoncé. Selon lui, Jeremy Corbyn a été perçu «comme s'opposant fondamentalement à ce que le Royaume-Uni et les pays occidentaux défendent», il a incarné «un socialisme quasi-révolutionnaire», incapable de séduire l'électorat travailliste. Lors d'une réunion des travaillistes, mardi, Jeremy Corbyn a fait face à la fureur de son camp, à qui il a présenté ses excuses pour le résultat des élections. Le parti doit se réunir en janvier pour définir le calendrier du départ du leader septuagénaire et de l'élection de son remplaçant.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LeTroll le 18.12.2019 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    Il s'agit certainement d'une lection aussi pour les démocrates aux Etats-Unis. Penchez trop à gauche, et vous devenez inéligibles pour le milieu et la droite.

  • luis le 18.12.2019 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils ont décidé de notre avenir maintenant attendons le résultat

Les derniers commentaires

  • luis le 18.12.2019 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils ont décidé de notre avenir maintenant attendons le résultat

  • LeTroll le 18.12.2019 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    Il s'agit certainement d'une lection aussi pour les démocrates aux Etats-Unis. Penchez trop à gauche, et vous devenez inéligibles pour le milieu et la droite.

    • david tiberghien le 18.12.2019 15:47 Report dénoncer ce commentaire

      une bonne leçon en tous les cas, quelle belle raclée, cela met du baume au coeur