Guerre des idées

18 décembre 2017 09:05; Act: 18.12.2017 11:28 Print

Trolls, médias et hackers, les armes du Kremlin

Les autorités russes sont souvent accusées d'être engagées dans une guerre médiatique, dans le but d'influencer l'opinion publique. Divers biais seraient utilisés.

storybild

Les autorités russes ont toujours démenti avec véhémence les accusations d'ingérence à l'étranger. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Élection de Donald Trump, Brexit ou crise catalane: les accusations d'ingérence pleuvent contre le Kremlin depuis plus d'un an, symbole de la crainte que suscitent les nouvelles armes de Moscou, entre hackeurs, trolls et médias sous contrôle. Si les premières accusations visant Moscou sont apparues avec le piratage de serveurs du parti démocrate américain en 2016, elles se sont rapidement multipliées après l'élection de Trump, révélant un large éventail d'outils déployés au service des intérêts du Kremlin.

Les insaisissables «hackeurs russes» ont laissé place aux reportages télévisés, articles sur Internet et annonces sur les réseaux sociaux, destinés autant à expliquer les positions de Moscou qu'à jouer sur les divisions des démocraties occidentales. Dernier épisode: en novembre, la chaîne RT, accusée de relayer la propagande du Kremlin, s'est soumise aux exigences de Washington en s'enregistrant en tant «qu'agent de l'étranger» aux États-Unis. Quelques semaines auparavant, Twitter avait déjà décidé d'interdire à RT et à l'agence de presse publique russe Sputnik de diffuser des contenus parrainés, tandis que Facebook et Google promettaient de lutter davantage contre la «désinformation» de Moscou.

Guerre médiatique

Partout, la menace affole: Madrid s'inquiète de «manipulations» venues de Russie lors de la crise catalane, des observateurs britanniques voient les signes d'une influence russe dans le Brexit et les craintes d'ingérence dans divers scrutins, de l'Allemagne à la France, se multiplient. Le Kremlin, lui, n'a pas de mots assez forts pour dénoncer des accusations «hystériques», «ridicules», «infondées», qui se nourriraient d'un climat de russophobie ambiant. Aux yeux de Moscou, les preuves concrètes se font toujours attendre.

Partant du constat qu'elle avait perdue la guerre médiatique lors de son conflit-éclair avec la Géorgie en 2008, la Russie a tout fait pour développer son «soft power». Ses efforts ont notamment abouti au développement de médias en plusieurs langues étrangères: la chaîne Russia Today, devenue RT, et l'agence de presse en ligne Sputnik. Ces deux bras médiatiques du Kremlin ont pour mission officielle de présenter le point de vue de Moscou, notamment sur des sujets de tensions avec les Occidentaux comme la Syrie ou l'Ukraine.

Sommes dérisoires et influence limitée

En 2014, un nouvel outil d'influence, plus secret, est apparu au grand jour dans les médias russes: «L'usine à trolls» de Saint-Pétersbourg. Officiellement nommée l'Internet Research Agency, cette société, qui serait liée au renseignement russe selon la presse, alimenterait des milliers de faux comptes sur les réseaux sociaux pour tenter d'influencer l'opinion publique. D'abord utilisés à des fins de politique intérieure, selon le quotidien économique RBK, les trolls ont été réorientés à partir de 2015 pour semer la discorde aux États-Unis, organisant même des manifestations ou répandant de fausses informations.

Pour autant, malgré les efforts de Moscou, son pouvoir d'influence et ses capacités d'action restent limitées. Des responsables américains ont ainsi souligné que les contenus diffusés depuis la Russie et les sommes dépensées lors de la campagne électorale ne représentent qu'une portion minime du flux d'information et du budget total. Sur Facebook, les Russes ont ainsi dépensé environ 100 000 dollars avant et après l'élection, contre... 81 millions pour Hillary Clinton et Donald Trump.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Terry le 18.12.2017 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on se fourre bien cela dans le crane: tout ce qui vient (ou est supposé venir) de Moscou n'est que désinformation! Il n'y a qu'une seule vérité, celle de l'OTAN! Et ce n'est pas à discuter, point barre, terminé! ;-D

  • Oratus le 18.12.2017 18:08 Report dénoncer ce commentaire

    Méfiez-vous de la propagande russe : ils vont jusquà affirmer que les USA auraient envahi l'Irak...

  • adrien le 18.12.2017 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Oui c'est vrai que la Russie ne peut pas se permettre un grand budget pour ça, mais l’efficacité des trolls reste élevée, voir l'Autriche et l'Hongrie ou le premiers ministre luttent ensemble avec les partis populistes ou d’extrême droite pour l'annulation des sanctions contre la Russie... Il faut rester vigilantes.

Les derniers commentaires

  • Oratus le 18.12.2017 18:08 Report dénoncer ce commentaire

    Méfiez-vous de la propagande russe : ils vont jusquà affirmer que les USA auraient envahi l'Irak...

  • adrien le 18.12.2017 12:30 Report dénoncer ce commentaire

    Oui c'est vrai que la Russie ne peut pas se permettre un grand budget pour ça, mais l’efficacité des trolls reste élevée, voir l'Autriche et l'Hongrie ou le premiers ministre luttent ensemble avec les partis populistes ou d’extrême droite pour l'annulation des sanctions contre la Russie... Il faut rester vigilantes.

  • Terry le 18.12.2017 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on se fourre bien cela dans le crane: tout ce qui vient (ou est supposé venir) de Moscou n'est que désinformation! Il n'y a qu'une seule vérité, celle de l'OTAN! Et ce n'est pas à discuter, point barre, terminé! ;-D

    • Voilà! le 18.12.2017 16:27 Report dénoncer ce commentaire

      Je ne sais pas si l'Otan c'est LA VERITE, mais on est de ce côté alors croyons-y.

    • ..!!.. le 18.12.2017 16:38 Report dénoncer ce commentaire

      Justement puisque nous sommes de ce côté ne croyons rien!

    • H2H3 le 18.12.2017 17:44 Report dénoncer ce commentaire

      C'est tout le problème! Je voudrais bien croire ce que dit et écrit l'Otan ou le CIA ou le FBI, mais qui me garantit que ce sont eux! L'article dit bien que ça pourrait être le Kremlin!