En Allemagne

11 février 2019 19:01; Act: 12.02.2019 10:07 Print

Tuée par un policier alcoolisé en plein service?

Une jeune automobiliste était mortellement percutée par une voiture de police, il y a un an à Berlin. Il se pourrait que l'agent eût été ivre au moment des faits.

Sur ce sujet
Une faute?

Un tragique accident de la route avait endeuillé la capitale allemande, en janvier 2018. Une jeune femme de 21 ans était en train de se garer près de l'Alexanderplatz, à Berlin, lorsqu'une voiture de police avait percuté son auto de plein fouet, à environ 90 km/h. Elle n'avait pas survécu à l'accident.

Un an après les faits, le Ministère public enquête désormais aussi pour «grave mise en danger de la circulation pour motif d'ivresse». Jusqu'à peu, son enquête se résumait à l'accusation d'homicide par négligence.

Prise de sang à l'hôpital

Selon la presse allemande, ce rebondissement a été provoqué par les récentes déclarations d'une infirmière travaillant dans l'hôpital où l'agent de police s'était fait soigner juste après l'accident. Selon elle, le policier avait donné son accord pour une prise de sang, qui avait révélé chez lui un taux d'alcoolémie de 1,1%.

On ignore pourquoi les forces de l'ordre n'avaient pas elles-mêmes ordonné une prise de sang après l'accident. Interrogé par le quotidien «Tagesspiegel», le directeur de l'hôpital en question affirme: «C'est vraiment étonnant que personne de la police se soit intéressé au dossier médical de l'agent pendant toute une année».

Tous les collègues de l'agent en question ont été récemment interrogés dans le cadre de l'enquête. Aucun d'entre eux n'aurait remarqué que le policier avait bu le jour des faits. Selon la presse allemande, l'enquête doit désormais découvrir si l'agent avait bu alors qu'il était en service ou peu après l'accident, juste avant de se rendre à l'hôpital. Ce qui pourrait expliquer le taux d'alcoolémie de 1,1%.

(L'essentiel/ofu)