Négociations post-Brexit

30 mai 2020 10:00; Act: 30.05.2020 10:07 Print

«Un accord difficile, mais toujours possible»

Incapables de la moindre avancée depuis trois mois, Britanniques et Européens abordent mardi un quatrième cycle de négociations crucial sur leur relation post-Brexit.

storybild

Le négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, Michel Barnier. AFP

Sur ce sujet
Une faute?

Incapables de la moindre avancée depuis trois mois, Britanniques et Européens abordent mardi, dans une certaine tension, un quatrième cycle de négociations pourtant crucial sur leur relation post-Brexit. Ils semblent engagés sur une voie sans issue. Cette semaine de pourparlers se tiendra avant une «conférence de haut niveau» pour faire le point des négociations en juin Les Britanniques en ont fait une date butoir pour continuer, ou non, à discuter.

Or, selon une source proche des discussions, le compte n’y est pas. «Les progrès ne sont pas suffisants. Chacun campe sur ses positions», regrette-t-elle. Les Européens souhaitent un accord très large, assorti de sérieuses garanties pour éviter que le Royaume-Uni ne dérégule son économie en matière fiscale, sociale ou environnementale à leur détriment. Et ils réclament l’accès aux eaux britanniques pour leurs pêcheurs.

Accord à la fin de l’année?

Mais Londres, qui ne demande rien de plus qu’un accord classique de libre-échange préservant son autonomie réglementaire, éventuellement assorti de petits accords sectoriels, juge ces exigences excessives. «Ce que nous demande l’UE est sans précédent dans tous les accords de libre-échange qu’elle a signés, ou qu’elle a même envisagé de signer, avec d’autres économies», a insisté jeudi le ministre d’État Michael Gove, une formule répétée à l’envi par les Britanniques depuis le début des discussions.

Dans ces conditions, difficile d’envisager comme prévu un accord d’ici à la fin de l’année. À ce moment prendra fin la période de transition pendant laquelle le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l’UE le 31 janvier, continue d’appliquer les règles européennes.

Un accord est «extrêmement difficile, mais toujours possible», juge le négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, Michel Barnier, interrogé vendredi par la radio publique allemande Deutschlandfunk. Ce cycle permettra justement «de savoir si le Royaume-Uni veut quitter le marché intérieur et l’union douanière avec ou sans accord avec nous».

«Un faux pas»

«On va être vite fixé, dès mardi ou mercredi, selon la selon tonalité des discussions», affirme la source proche des négociations. Mais l’heure n’est pas à l’optimisme: interrogé vendredi par le centre de réflexion Institute for Government, Stefaan de Rynck, un conseiller de M. Barnier, dit ne pas croire à une «percée» cette semaine.

Les garanties réclamées par les Européens en matière de concurrence («level playing field», c’est-à-dire des conditions d’équité) constituent pour lui l’un des principaux problèmes. Un accord semble d’autant plus incertain aujourd’hui que les Britanniques refusent d’envisager une extension de la période de transition, d’un ou deux ans, ce qui étendrait d’autant la durée des négociations.

«Nous n’allons pas demander de prolongation, et si l’UE en demande une, nous ne l’accepterons pas», a martelé jeudi le négociateur britannique David Frost. Face à l’impasse qui se dessine, et dans un contexte compliqué par le coronavirus, qui impose des visioconférences pas vraiment adaptées aux négociations, le ton est monté ces derniers jours, par lettres interposées. David Frost, a, le premier, adressé un courrier à Michel Barnier pour l’inviter fermement à réviser sa position.

Réponse sèche (mais diplomatique) du Français: «Je ne voudrais pas que le ton que vous avez adopté ait un impact sur la confiance mutuelle et l’attitude constructive qui sont essentielles entre nous». «Il y a un consensus pour dire que le ton dans la lettre de David Frost n’aide pas», commente l’eurodéputée Nathalie Loiseau (Renew), membre du groupe de coordination du Parlement européen sur le Royaume-Uni, interrogée par l’AFP. «Un ton acerbe, accusateur, au moment où on travaille à négocier un accord, c’est évidemment un faux pas».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • wheelgeek57 le 30.05.2020 16:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’ils sortent point barre ! Le temps que ça a pris jusqu’à présent c’est du temps de perdu. Alors stop. Assumez votre choix. Maintenant que la crise du Corona est là il veulent faire marche arrière. Faut pas pousser ! Dehors !!!!

  • Lestrollsrusses le 30.05.2020 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    On va tout faire contre un accord pour plus de divisions !

  • Observer le 30.05.2020 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Brits vont demander de l'aide á l' U E a cause de Coro!

Les derniers commentaires

  • ginoboni le 30.05.2020 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils nous gavent avec le Brexit , ça dure depuis combien de temps ? Et pendant ce temps réunion sur réunion , restaurant , frais etc Ils s’en foutent avec argent des autres

  • wheelgeek57 le 30.05.2020 16:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’ils sortent point barre ! Le temps que ça a pris jusqu’à présent c’est du temps de perdu. Alors stop. Assumez votre choix. Maintenant que la crise du Corona est là il veulent faire marche arrière. Faut pas pousser ! Dehors !!!!

  • Lestrollsrusses le 30.05.2020 13:16 Report dénoncer ce commentaire

    On va tout faire contre un accord pour plus de divisions !

  • Observer le 30.05.2020 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les Brits vont demander de l'aide á l' U E a cause de Coro!

    • Jolitorax le 30.05.2020 16:17 Report dénoncer ce commentaire

      Ou l'inverse?