Au Royaume-Uni

04 septembre 2018 10:13; Act: 04.09.2018 10:26 Print

Un ancien trader d'UBS risque l'expulsion

L'ancien courtier avait fait perdre plus de deux milliards de dollars à la banque en 2011. Il est désormais détenu dans un centre d'expulsion.

storybild

Kweku Adoboli a perdu son statut de résident permanent avec sa condamnation.

Sur ce sujet
Une faute?

Le dernier chapitre de la saga Kweku Adoboli est en train de se jouer au Royaume-Uni. Le courtier avait stupéfié les marchés en septembre 2011 lorsqu'il avait fait perdre près de 2,3 milliards de dollars à UBS, après des transactions non-autorisées.

Condamné en 2012 à sept ans d'emprisonnement, il était sorti de prison en 2015 à la moitié de sa peine. Le courtier de nationalité ghanéenne risque maintenant une expulsion imminente, raconte la BBC. En effet, selon la loi britannique, tous les résidents étrangers condamnés à plus de quatre ans de prison sont automatiquement expulsés. Kweku Adoboli, qui vit au Royaume-Uni depuis l'âge de 12 ans, était au bénéfice outre-Manche d'un statut de résident permanent mais il n'avait jamais demandé la nationalité britannique.

Renvoi au Ghana

Il avait perdu un premier recours contre son expulsion en 2016 et il accuse les autorités britanniques de racisme. «Je n'étais plus le meilleur élève de mon école, diplômé de l'Université de Nottingham ou encore ambassadeur pour UBS sur les campus, je n'étais plus que le courtier malhonnête d'origine ghanéenne.» Des accusations qui ont laissé de marbre le ministère de l'Intérieur (Home Office). Un de ses porte-parole a rappelé que «tous les citoyens étrangers ayant été condamnés à de la prison encourent une expulsion».

Kweku Adoboli, 38 ans, est détenu depuis lundi au centre de détention pour immigrants de Dungaval en Écosse. En août, un tribunal a autorisé les démarches en vue d'un renvoi au Ghana. Le Home Office a précisé que l'ancien courtier allait être expulsé d'ici le 10 septembre. Les avocats de l'ex-employé d'UBS vont tenter une ultime démarche pour qu'il puisse rester au Royaume-Uni.

(L'essentiel/smk/nxp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • LaBelleSociété le 04.09.2018 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    C'est incroyable... Il devait avoir des dizaines de responsables bien payés mais il faut trouver une tête pour porter le chapeau...

  • Daniel Maugras le 04.09.2018 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    On n'a qu'à l'accueillir au GdL, il y a plein de travail ici pour les gens comme lui.

  • Nono le 04.09.2018 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Très bonne décision de la justice car il n'a jamais demandé la nationalité britannique et je refuse de tomber dans le panneau du courtier Ghanéen a qui on fait tout payer, il serait Suédois ce serait pareil,qu'il assume...c'est tout.

Les derniers commentaires

  • Fred le 04.09.2018 21:04 Report dénoncer ce commentaire

    Quand il a fait faire des milliards de bénéfice à la banque celle ci la adulé mais dès qu'il perd 2 milliards alors il est banni et doit payer. De plus cet argent avec lequel les banques jouent nous appartient et pourtant nous ne voyons jamais la couleur d'un seul cents de bénéfice.

  • Nono le 04.09.2018 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Très bonne décision de la justice car il n'a jamais demandé la nationalité britannique et je refuse de tomber dans le panneau du courtier Ghanéen a qui on fait tout payer, il serait Suédois ce serait pareil,qu'il assume...c'est tout.

    • Roxio le 04.09.2018 16:09 Report dénoncer ce commentaire

      @Non. Parfaitement d'accord avec vous !

  • Daniel Maugras le 04.09.2018 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    On n'a qu'à l'accueillir au GdL, il y a plein de travail ici pour les gens comme lui.

  • LaBelleSociété le 04.09.2018 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    C'est incroyable... Il devait avoir des dizaines de responsables bien payés mais il faut trouver une tête pour porter le chapeau...

    • yannicksandrapm le 04.09.2018 11:10 Report dénoncer ce commentaire

      comme dans d'autre affaire similaire, ces celui au plus bas qui chope.

    • Zorro est arrivé, sans se presser. le 04.09.2018 11:13 Report dénoncer ce commentaire

      Comme vous dites. C'était idem avec l'affaire Madoff à Lux également chez UBS, et cela s'est terminé "en douce"...miracle. De plus comment a t'il pu effectuer une transaction "non autorisée"sans que personne ne bouge.On peut aussi alors virer ceux qui n'ont pas mis les bonnes procédures en places et ceux qui étaient supposer les vérifier...On a vraiment fait de ce courtier un coupable tout trouvé...

    • Faustin-Archange Touadéra le 04.09.2018 13:27 Report dénoncer ce commentaire

      On a choisi celui qui avait le meilleur profil