Migrants

15 juin 2015 12:09; Act: 15.06.2015 14:36 Print

Un «coup de poing dans la figure» de l'Europe

Le ministre italien de l'Intérieur, Angelino Alfano, a ainsi qualifié la présence de dizaines de migrants qui campent sur des rochers à la frontière entre la France et l'Italie.

storybild

Les migrants ne «veulent pas rester en Italie mais veulent aller en Europe», a expliqué le ministre de l'Intérieur italien. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est bien la preuve que le problème des migrants est avant tout européen car ils ne «veulent pas rester en Italie mais veulent aller en Europe», a expliqué le ministre sur la télévision publique Rai3. Le Premier ministre italien, Matteo Renzi, a menacé dimanche de mettre en place un «plan B» qui ferait surtout «mal à l'Europe» si l'Italie n'est pas mieux soutenue par l'UE pour faire face à l'afflux de migrants. Lundi, des dizaines de migrants campaient sur des rochers à Vintimille, à la frontière entre la France et l'Italie.

L'Italie se débat pour accueillir des vagues successives de migrants et la situation s'est envenimée avec ses voisins européens au cours des derniers jours lorsque les migrants ont été refoulés aux frontières avec la France et l'Autriche. «Si l'Europe choisit la solidarité, c'est bien. Si elle ne le fait pas, nous avons un "plan B" tout prêt. Mais qui frapperait surtout l'Europe en premier», a-t-il dit sans plus de précisions, dans un entretien dimanche avec le Corriere della Sera.

Empêcher l'accès aux ports

Selon les médias italiens, M. Renzi pourrait par exemple proposer d'accorder des permis de séjour temporaires aux migrants ayant débarqué en Italie, ce qui leur permettrait ensuite de gagner d'autres pays. Une telle mesure remettrait de facto en cause les accords dits de Dublin qui obligent le pays où arrive un migrant à le prendre en charge.

L'Italie pourrait également, selon ces mêmes sources, empêcher les navires européens participant aux opérations de sauvetage en Méditerranée dans le cadre de Frontex de débarquer les migrants secourus dans ses ports afin de les contraindre à les prendre eux-mêmes en charge. Plus de 57 000 migrants et demandeurs d'asile ont été secourus en mer et accueillis par l'Italie depuis le début de cette année, contre 54 000 à la même époque de l'année 2014.

(L'essentiel/AFP)