Royaume-Uni

13 novembre 2019 21:45; Act: 14.11.2019 10:28 Print

Un couple incestueux a tué deux de ses enfants

Une trentenaire et son demi-frère ont été condamnés à perpétuité pour le meurtre de deux de leurs six enfants. Ils avaient peur que leur relation incestueuse soit révélée au grand jour.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux Britanniques ont été condamnés mardi, à la prison à perpétuité, pour le meurtre de deux de leurs six enfants. Accusés d'avoir tué leurs fils Blake (14 ans) et Tristan (13 ans) et d'avoir comploté pour éliminer les quatre autres membres de la fratrie, Sarah Barrass (35 ans) et Brandon Machin (39 ans) avaient plaidé coupables. Leur mobile? La relation entre les deux trentenaires est incestueuse: ils sont demi-frère et demi-sœur, nés de la même mère, et couchaient ensemble depuis l'adolescence. Craignant d'être séparés de leurs enfants si leur secret était découvert, ils ont décidé de les éliminer.

Dans un premier temps, le couple avait tenté d'empoisonner ses quatre enfants les plus âgés avec des médicaments, écrit Sky News. Le plan ayant échoué, la mère de famille s'est mise à faire des recherches sur Internet sur les différentes manières de tuer quelqu'un. Le 24 mai dernier, dans leur maison de Sheffield (centre de l'Angleterre), les Britanniques ont étranglé Tristan et Blake, les deux aînés, avant de placer leur tête dans un sac pour s'assurer de leur décès. Ils ont ensuite essayé de noyer un autre de leur enfant dans son bain, sans succès. Face aux enquêteurs, la trentenaire a expliqué qu'elle comptait mettre fin à ses jours après avoir éliminé sa progéniture.

«Je vous ai donné la vie, je peux la reprendre»

«Vous avez estimé que votre amour pour eux et la peur d'en être séparée vous permettaient de prendre leur vie aussi bien que la vôtre», a lancé le procureur à la mère de famille, pendant le procès. Une personne de passage dans «la maison de l'horreur» dit avoir entendu Sarah Barrass dire à ses enfants: «Je vous ai donné la vie, je peux la reprendre». De plus, certaines publications Facebook de la trentenaire laissaient présager du pire: «Un meurtre c'est comme les chips, un seul n'est pas suffisant», avait-elle par exemple écrit, citant Stephen King.

Dans une ambiance extrêmement lourde au tribunal, certains enfants rescapés ont livré des témoignages bouleversants. L'un des fils du couple a notamment confié qu'il craignait de devenir un meurtrier en grandissant. Un frère de Sarah Barrass a pour sa part décrit sa sœur comme un démon depuis la naissance, une personne obsédée par la mort. Il a par ailleurs reproché aux services sociaux de ne pas avoir réagi assez rapidement, malgré ses avertissements. «Émotionnellement brisée», la fratrie a été placée en foyer.

(L'essentiel/joc)