Exposition au musée Hergé

22 janvier 2015 12:28; Act: 22.01.2015 14:48 Print

Un hommage à «Charlie» annulé par sécurité

Le musée Hergé de Louvain-la-Neuve, en Belgique, a décidé d'annuler «pour des raisons de sécurité» une exposition en hommage à «Charlie Hebdo» qui devait s'ouvrir jeudi, a annoncé son administrateur.

storybild

Le musée Hergé a décidé d'annuler un hommage à «Charlie Hebdo» pour raisons de sécurité. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Lors d'une réunion mercredi soir destinée à évaluer avec les autorités les mesures de sécurité à mettre en œuvre, «la police nous a présenté la nature des risques potentiels auxquels il convient d'être attentif», a-t-il expliqué dans un communiqué. «Nous avons décidé de ne pas ouvrir notre exposition ce jeudi matin dans la mesure où elle pourrait être de nature à susciter des inquiétudes, tant du côté du personnel du musée que des habitants de Louvain-la-Neuve», a ajouté son administrateur, Nick Rodwell, qui «n'exclut pas» de revenir sur cette décision «si dans les jours ou semaines à venir, le niveau d'alerte devait diminuer».

L'exposition temporaire, qui devait avoir pour thème «La caricature», se voulait un «hommage d'Hergé, qui fut aussi caricaturiste, aux caricaturistes assassinés», a expliqué M. Rodwell. Le parcours devait s'ouvrir par un mur couvert d'impacts de balles dessinées par Hergé et cette phrase: «C'est l'encre qui doit couler, pas le sang». L'exposition devait également montrer une photo prise au festival d'Angoulême où le père de Tintin blague à gorge déployée avec Wolinski, ainsi que la première et la dernière «une» de Charlie Hebdo, et des portraits des caricaturistes assassinés à Paris le 7 janvier.

La Belgique a élevé il y a une semaine au niveau trois, sur une échelle de quatre, le niveau d'alerte terroriste dans le pays. La décision a été prise après le coup de filet effectué le 15 janvier dans les milieux jihadistes pour déjouer un attentat imminent contre des policiers, selon la justice. Des menaces ont également été proférées contre les libraires qui diffuseraient le dernier numéro de Charlie Hebdo. Quelque 300 militaires ont été mobilisés pour la protection de lieux sensibles comme des ambassades ou des lieux fréquentés par la communauté juive.

(L'essentiel/AFP)