Amende aux Pays-Bas

19 juillet 2021 16:44; Act: 19.07.2021 17:10 Print

Un laboratoire sanctionné pour ses prix excessifs

L'Autorité néerlandaise des consommateurs et des marchés a infligé une amende de 20 millions d'euros à la société pharmaceutique italienne Leadiant, à cause du prix «excessif» d'un de ses médicaments.

storybild

En un peu plus d'une décennie, le médicament en question est passé de 46 euros pour une boîte de 100 capsules en 2008, jusqu'à 14 000 euros en 2019. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Autorité néerlandaise des consommateurs et des marchés (ACM) a déclaré, lundi, avoir infligé une amende de près de 20 millions d’euros à la société pharmaceutique italienne Leadiant, à cause du prix «excessif» d’un de ses médicaments. Selon le régulateur, le groupe «a facturé un prix beaucoup trop élevé pour le médicament CDCA-Leadiant», médicament utilisé contre une maladie orpheline.

En un peu plus d’une décennie, le médicament en question a changé de nom et connu plusieurs hausses de prix, passé de 46 euros pour une boîte de 100 capsules en 2008, jusqu’à 14 000 euros en 2019. Cela représente 153 000 euros par an pour un patient, un montant «excessif» et «injuste», a estimé l’organisme. «Leadiant a ainsi abusé de sa position dominante», a souligné l’ACM, infligeant une amende de 19 569 500 euros à la société.

Le labo conteste la décision

Le laboratoire italien s’est dit fondamentalement en désaccord avec les allégations et va «étudier attentivement et contester la décision de l’ACM», a rapporté l’agence de presse néerlandaise ANP. «Nous sommes convaincus d’avoir toujours agi correctement et conformément à toutes les réglementations applicables», a déclaré le directeur général de Leadiant, Antonio Gama da Silva, cité par l’ANP.

Le médicament en question, l’acide chénodésoxycholique, est utilisé dans le traitement des patients atteints de la xanthomatose cérébrotendineuse, une maladie métabolique héréditaire rare. Aux Pays-Bas, elle touche une soixantaine de personnes qui doivent utiliser le médicament à vie, a précisé l’ACM.

Une «violation très grave»

«Leadiant a procédé à une énorme augmentation du prix d’un médicament qui existait déjà depuis longtemps», a souligné Martijn Snoep, président de l’ACM. «Il n’est aucunement question d’innovation ici. Nous considérons qu’il s’agit d’une violation très grave», a-t-il ajouté, cité dans le communiqué.

Leadiant a maintenu le prix de 14 000 euros aux Pays-Bas jusqu’à ce qu’un hôpital d’Amsterdam réussisse à fabriquer le même médicament dans son propre laboratoire, en janvier 2020, a précisé l’ACM.

(L'essentiel/AFP)