Au Royaume-Uni

18 août 2018 11:34; Act: 18.08.2018 11:34 Print

Un mariage princier qui coûtera cher aux Anglais

Les contribuables devront payer les frais de sécurité de la cérémonie de la princesse Eugenie d'York, qui épousera un homme d'affaires le 12 octobre.

storybild

Jack Brooksbank et la princesse Eugenie le jour de l'annonce de leur fiançailles, le 22 janvier 2017. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour son mariage, la fille cadette du Prince Andrew et de Sarah Ferguson a vu les choses en grand. La princesse et son futur époux, l'homme d'affaires Jack Brooksbank, se diront oui le 12 octobre 2018 dans la chapelle Saint-George du château de Windsor, comme l'ont fait Harry et Meghan au mois de mai.

Ils défileront ensuite dans une calèche sur la route principale de Windsor. Et c'est là que le bât blesse pour plusieurs politiciens britanniques. Car la petite promenade des époux coûtera une fortune aux contribuables. Il faudra en effet que des dizaines de policiers fouillent chaque recoin du trajet avant le passage de la calèche et assurent la sécurité du cortège. En tout, l'addition pour la sécurité du mariage de la princesse de 28 ans s'élèvera à 2 millions de livres (environ 2,2 millions d'euros).

«Ils ont les moyens de financer cela eux-mêmes»

C'est beaucoup trop pour la parlementaire travailliste Emma Dent Coad. «En ces temps de risques accrus pour la sécurité, il est irresponsable pour un membre mineur de la famille royale d'avoir un mariage public et médiatisé. Il est peut-être temps de revoir le rôle et les coûts de ces membres de la monarchie», a-t-elle déclaré au Mirror.

Son avis est partagé par son collègue Chris Williamson qui ne comprend pas que des gens puissent se faire payer les frais de leur mariage par l'argent public. «Ils ont les moyens de financer cela eux-mêmes», s'est-il indigné. Un porte-parole de la famille royale a précisé que les parents des futurs mariés allaient payer pour le mariage et la réception qui suivra et que les coûts pour la sécurité seraient partagés entre les forces de police et la municipalité de la ville de Windsor.

(L'essentiel/jfa)