À Londres

10 octobre 2019 17:01; Act: 10.10.2019 17:20 Print

Un médaillé paralympique monte sur un avion

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion tentent de paralyser l'aéroport de London City. Ils sont parvenus à retarder un vol.

Sur ce sujet
Une faute?

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont visé jeudi matin l'aéroport de London City, qu'ils souhaitent paralyser et «occuper pacifiquement» pendant trois jours, et sont parvenus à retarder un vol. La police a indiqué avoir arrêté plusieurs personnes à l'extérieur de l'aéroport de London City et l'un dans un avion sur la piste. «Cibler un aéroport et gêner les voyageurs de cette manière est totalement inacceptable et irresponsable. (...) Les personnes qui enfreignent la loi sont et continueront d'être arrêtées et poursuivies le cas échéant», a indiqué dans un communiqué, la police.

Un des militants a protesté à bord d'un avion pour Dublin dans lequel il avait embarqué, une action filmée et relayée sur les réseaux sociaux et qui a retardé le départ de ce vol. La compagnie Aer Lingus a confirmé qu'un passager de ce vol «avait été évacué de l'avion, après avoir eu un comportement perturbateur à bord», et que le vol était finalement parti un peu plus tard que prévu.

Un autre homme, médaillé paralympique, a escaladé sur le toit d'un avion de la compagnie British Airways. James Brown a été la première personne a embarqué en tant que malvoyant, raconte metro.co.uk. Il en a profité pour grimpé sur le toit de l'appareil. L'aéroport de London City avait appelé les voyageurs à vérifier l'état de leur vol avant de se rendre à l'aéroport et prévenu qu'ils devraient présenter leurs cartes d'embarquement avant d'entrer dans l'aéroport en raison du risque de manifestations.

«Notre fragile planète est en train de mourir»

Jeudi matin des militants se sont assis aux abords de l'aéroport, chantant ou scandant des slogans, tandis que d'autres se sont collé les mains au sol. «L'objectif est de mettre en évidence à quel point les personnes qui prennent l'avion fréquemment et ceux qui prennent des vols d'affaires nuisent à la planète», a expliqué à l'AFP l'une des militantes, Catherine, 56 ans. «Nous constatons qu'au fil des ans, nous avons manifesté, signé des pétitions, écrit des lettres et que rien n'a changé. Donc, nous avons vraiment le sentiment maintenant que nous devons faire quelque chose de différent», a-t-elle ajouté.

Deux militants sont montés sur le toit de l'entrée de l'aéroport, où a été accrochée une banderole rose proclamant: «Notre fragile planète est en train de mourir». Les activistes d'Extinction Rebellion jugent incompatible l'extension de cet aéroport avec la crise climatique et «l'urgence écologique» déclarée par le Parlement, ainsi que les engagements du gouvernement d'atteindre en 2050 un bilan carbone neutre. Au Royaume-Uni comme dans d'autres pays, Extinction Rebellion demande que cet objectif soit avancé à 2025.

(L'essentiel/afp)