En Italie

21 janvier 2019 19:19; Act: 21.01.2019 19:24 Print

Un mot doux et une rose avant de tuer sa rivale

Folle de jalousie, une Italienne de 43 ans a tendu un guet-apens à la femme de son ancien amant. Elle l'a ensuite tuée à coups de marteau et brûlé son corps.

storybild

Le corps de Stefania (à gauche) a été retrouvé vendredi dans les bois. Chiara a avoué le crime, mais nié avoir brûlé le corps. (photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

Une mère de famille de 42 ans est morte froidement assassinée, jeudi dernier à Bergame (nord). Stefania Crotti a péri sous les coups de marteau asséné par Chiara Alessandri, 43 ans, qui a ensuite brûlé son corps. La jalousie semble être le mobile de ce meurtre sordide: séparée et mère de trois enfants, l'assassine avait entretenu une brève liaison avec le mari de la victime l'été dernier. Après cette idylle, Stefano Del Bello avait finalement décidé de retourner auprès de son épouse et de redonner une chance à leur mariage.

À première vue, Chiara avait accepté la décision de son amant, mais les tensions entre les deux femmes étaient encore bien réelles, raconte le Corriere della Sera. Un témoin a notamment évoqué une prise de bec entre les rivales devant l'école que fréquentent leurs enfants respectifs. En réalité, Chiara n'a jamais digéré d'être devancée par une autre femme, et son désir de vengeance l'a amenée à fomenter un plan diabolique.

Un ami devient complice malgré lui

Pour mener son projet à bien, la quadragénaire s'est servie d'un ami, devenu bien malgré lui complice d'un effroyable meurtre. Chiara a expliqué à l'homme de 53 ans qu'elle voulait aider un couple d'amis à se réconcilier et qu'elle avait besoin de son aide pour y parvenir. Elle a alors demandé à son ami d'attendre Stefania à la sortie de son travail et de lui tendre un billet où était écrit «Je t'aime» ainsi qu'une rose rouge. Ensuite, il devait expliquer à la victime que son mari Stefano voulait lui faire une surprise. Le plan était ensuite de bander les yeux de Stefania et de l'emmener jusqu'au garage de Chiara.

Bien qu'interloquée et malgré le fait qu'elle n'a pas reconnu l'écriture de son mari sur le petit mot, la victime a accepté de suivre l'inconnu. Persuadé de participer à une bonne action, le quinquagénaire a laissé Stefania à l'endroit prévu et s'en est allé. C'est à ce moment-là que Chiara a fait irruption, marteau en main. Une fois son crime commis, l'Italienne a poussé le vice jusqu'à envoyer un SMS à son «complice»: «Merci encore de ton aide pour la fête. Tout s'est bien passé», a-t-elle écrit à 17h50, alors même qu'elle roulait avec le cadavre de Stefania dans le coffre.

Le corps carbonisé de la malheureuse a été retrouvé le lendemain dans les bois d'Erdusco, à 30 minutes de Bergame. Elle a pu être identifiée grâce à son tatouage «Believe» (croire), qu'elle venait de se faire faire en hommage à son mari. Arrêtée, Chiara a été mise en examen pour meurtre et occultation de cadavre. Elle a reconnu le crime mais évoqué une discussion qui aurait dégénéré et nié avoir brûlé le corps de sa rivale. Une version qui ne convainc pas la police scientifique, qui serait en possession d'éléments accablants.

(L'essentiel/joc)