À Copenhague

25 septembre 2021 17:27; Act: 25.09.2021 17:42 Print

Un paradis hippie fragilisé par le trafic de drogue

Zone d’habitation alternative située en plein cœur de la capitale danoise, Christiana fête ses 50 ans. Elle s’est assagie au fil des années et les problèmes ont changé.

storybild

Une des rues de la «ville libre» Christiania à Copenhague (archive). (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Incarnation d’une société danoise progressiste mais aussi plaque tournante du trafic de cannabis: nichée au cœur de Copenhague, la «ville libre» de Christiania, ancien paradis des hippies, fête ses 50 ans. Un demi-siècle pendant lequel elle n’a cessé d’évoluer en essayant de ne pas perdre son âme. En 1971, l’enclave de 34 hectares n’est alors qu’un squat illégal: un groupe de hippies a investi une ancienne caserne abandonnée pour créer une commune «qui appartient à tout le monde et à personne» et où chaque décision est prise collégialement, résume Ole Lykke, qui s’y est installé quelques années plus tard, en 1979.

Les choses changent avec l’achat, en 2012, d’une partie des terrains mettant fin au squat, l’afflux de touristes et l’adaptation à l’économie de marché autrefois honnie, le quartier a énormément évolué. «Nous l’avons fait de notre plein gré, nous n’y avons pas été forcés», relève le souriant septuagénaire, archiviste local qui présente actuellement dans un musée de Copenhague une exposition des 100 posters qui ont marqué l’histoire de Christiania. Depuis 2013 et la fin de l’état d’exception qui régnait depuis 1971, le «cadre est plus normal», reconnaît-il. La législation danoise y est entièrement appliquée, ce qui n’était pas le cas auparavant. Et malgré un célèbre panneau indiquant une supposée frontière avec l’Union européenne à l’entrée du quartier, «nous faisons légalement partie du Danemark».

«Embrasser» le présent

Pour Helen Jarvis, professeure à l’Université de Newcastle, qui a été en résidence à Christiania, le quartier «perdure parce qu’il continue d’évoluer et d’embrasser le changement». Justement parce qu’il n’est pas un modèle figé, «Christiania est unique», défend l’universitaire. Même s’il «a changé au point d’être méconnaissable au cours des cinq dernières décennies», constate-t-elle. Entre l’emprunt bancaire de plusieurs millions d’euros contracté par les habitants pour financer leur indépendance via une fondation, les salaires de la quarantaine de personnes qui y travaillent (collecte des déchets, halte-garderie, etc.) et les commerces, «l’argent maintenant est très important», avoue Ole Lykke.

Mais «socialement et culturellement, Christiania reste à peu près le même», assure le vétéran. Ici, c’est avant tout la communauté qui prime. Silhouette gracile, cheveux blancs au carré, Ole est l’infatigable promoteur du quartier et de sa scène culturelle foisonnante. Avant le Covid-19, plus d’une vingtaine de concerts y étaient organisés chaque semaine et ses théâtres ne désemplissaient pas. Mais le trafic de drogue fait de l’ombre à cette vitalité artistique. Profitant du fait que la vente et la consommation de cannabis dans la petite enclave soient tolérées, quoiqu’illégales, il déborde fréquemment de ce cadre un peu fumeux. Depuis début 2020, une tonne de cannabis et plus d’un million d’euros ont été saisis au total par la police de Copenhague.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MacTv le 27.09.2021 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui le quartier de la Gare, Zone d’habitation alternative située en plein cœur de la capitale luxembourgeoise, va bientôt pouvoir se jumeler avec le Quartier hippie de Copenhague…

  • la verité le 27.09.2021 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas que du canabis à christiana officieusement il y a de tout

  • la drogue grignote les villes le 27.09.2021 13:28 Report dénoncer ce commentaire

    c'est pareil pour notre ville

Les derniers commentaires

  • JDCJDR le 27.09.2021 15:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est une perte de temps d’aller visiter ce quartier. C’est glauque, sale et les gens font peur, il y a tant de belles choses à voir à Copenhague. Ne perdez pas votre temps à Christiana.

  • la drogue grignote les villes le 27.09.2021 13:28 Report dénoncer ce commentaire

    c'est pareil pour notre ville

  • la verité le 27.09.2021 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas que du canabis à christiana officieusement il y a de tout

  • la verité le 27.09.2021 12:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Christina est un quartier plein de alcoolique de drogués de dealers cagoulés Et les touristes n ont pas le droit de Les prendre des photos. C est gloque sale . En dehors du centre ville et de la gare . La ville du Luxembourg devrait créer une ville spéciale pour les marginaux les dealers et les drogués ainsi on aurait la paix à la gare et en ville . Christiana n a plus rien à voir avec les intellectuels bobos et les artistes qui y habitaient avant .

  • MacTv le 27.09.2021 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui le quartier de la Gare, Zone d’habitation alternative située en plein cœur de la capitale luxembourgeoise, va bientôt pouvoir se jumeler avec le Quartier hippie de Copenhague…