Retraités au Portugal

06 février 2020 18:00; Act: 07.02.2020 11:22 Print

Un taux d'imposition réduit pour les nouveaux

Le Portugal n'accordera plus d'exonération fiscale totale aux retraités étrangers, mais les nouveaux arrivants bénéficieront toujours d'un taux d'imposition réduit.

storybild

La décision d'imposer les nouveaux arrivants «évite l'insécurité fiscale pour les retraités français qui s'installent au Portugal». (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Portugal n'accordera plus d'exonération fiscale totale aux retraités étrangers, mais les nouveaux arrivants bénéficieront toujours d'un taux d'imposition réduit, selon une mesure inscrite au budget de l’État pour 2020, adopté jeudi, par le Parlement.

En majorité Français, Britanniques et Italiens, on les trouve surtout dans la capitale Lisbonne et dans les stations balnéaires de la région méridionale de l'Algarve. Mais ils sont venus aussi des pays nordiques comme la Suède ou la Finlande, qui se sont offusqués de ce «dumping fiscal».

10 000 concernés

Cette exonération fiscale totale pendant dix ans, créée en 2009 pour les retraités étrangers qui vivent au moins la moitié de l'année au Portugal, a été accordée depuis à près de 10 000 personnes.

Elle visait à attirer des capitaux étrangers vers ce pays, frappé de plein fouet par la crise de la dette. Et, de fait, arrivés pour la plupart après une simplification de la procédure en 2012, ils ont largement contribué à la relance du marché immobilier.

Taxes

Maintenant que le Portugal n'est plus dans l'urgence financière et cherche plutôt à limiter le coût du logement, le parti socialiste au pouvoir a proposé un amendement à la loi de finances pour taxer les pensions de retraite des nouveaux arrivants à hauteur de 10%.

Le texte avait été adopté mardi en commission parlementaire avec le soutien de la principale formation d'opposition de droite et l'abstention des partis de la gauche radicale.

Un mal pour un bien

«Il s'agit d'une mesure nécessaire pour crédibiliser le régime face à ses critiques», a commenté pour l'AFP Nuno Cunha Barnabé, avocat fiscaliste au cabinet Abreu Advogados. «Dans l'immédiat, cela provoquera une légère commotion» auprès des personnes potentiellement concernées. Mais «si le taux de 10% est supérieur à celui de 7% qu'applique l'Italie, le Portugal reste plus avantageux car les revenus financiers sont toujours exonérés et le coût de la vie reste un des plus bas de l'Union européenne», s'est-il rassuré.

Pour les retraités expatriés, comme pour leur filière d'intermédiaires, cette réforme n'est pas une surprise dans la mesure où elle avait déjà été envisagée lors de la discussion du budget 2019. «C'est un mal pour un bien», a réagi le président de l'antenne portugaise de l'Association démocratique des Français de l'étranger (ADFE), Mehdi Benlahcen.

L'insécurité fiscale évitée

La décision d'imposer les nouveaux arrivants «évite l'insécurité fiscale pour les retraités français qui s'installent au Portugal», a-t-il précisé. De plus, ceux qui y vivent déjà pourront volontairement se soumettre aux nouvelles règles pour éviter une situation de «double non-imposition» dans laquelle ils risquent de voir la France leur réclamer des impôts.

Les exonérations totales avaient poussé la Finlande à dénoncer fin 2018 une convention fiscale bilatérale signée en 1970 avec le Portugal. La Suède a pour sa part négocié en mai 2019 un nouvel accord fiscal retirant à ses ressortissants la possibilité de n'être imposé par aucun des deux pays. Le dispositif profite également à près de 18 000 expatriés exerçant des métiers considérés «à haute valeur ajoutée», qui eux bénéficient depuis le début d'un taux d’imposition spécial de 20%.

La version finale du budget 2020 prévoit également une disposition qui restreint l'octroi de «visas dorés» à des investisseurs non-européens. Le Portugal accorde ces titres de séjour depuis 2012 aux acheteurs d'un bien immobilier valant au moins 500 000 euros, ou 350 000 euros si cela implique des travaux de rénovation. Désormais, les investissements réalisés à Lisbonne et à Porto, la grande ville du nord du pays, ne seront plus éligibles.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • PierSilvio le 07.02.2020 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Pour les 10 000 concernés...retour à la case départ (le Luxembourg).

  • patience le 07.02.2020 07:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je comprends mieux à présent cet exil vers le Portugal. Je connais bcp de personnes qui y sont partit. Chanceux finalement sur beaucoup de points de vue.

  • Nico57 d'URSS/Russie le 06.02.2020 21:50 Report dénoncer ce commentaire

    Portugal très populaire aussi pour les retraités d'URSS/Russie mais à 57 ans, maintenant je vois encore travailler plus chez nous les caisses de l'Etat sont vide alors notre bien aimé Vladimir Vladimirovitch a nous demandés de travailler plus longtemps, j'irai m'installer au Portugal à 65 ans si tout va bien ...

Les derniers commentaires

  • PierSilvio le 07.02.2020 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Pour les 10 000 concernés...retour à la case départ (le Luxembourg).

  • patience le 07.02.2020 07:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je comprends mieux à présent cet exil vers le Portugal. Je connais bcp de personnes qui y sont partit. Chanceux finalement sur beaucoup de points de vue.

  • Nico57 d'URSS/Russie le 06.02.2020 21:50 Report dénoncer ce commentaire

    Portugal très populaire aussi pour les retraités d'URSS/Russie mais à 57 ans, maintenant je vois encore travailler plus chez nous les caisses de l'Etat sont vide alors notre bien aimé Vladimir Vladimirovitch a nous demandés de travailler plus longtemps, j'irai m'installer au Portugal à 65 ans si tout va bien ...

    • Nico Lux le 07.02.2020 08:36 Report dénoncer ce commentaire

      En Moselle les gens s'en fichent de la Russie, la Moselle n'appartient pas a l'URSS et non plus a la Russie. La Moselle est la France! Elle a assez souffert pour le rester!

    • Piotr le 07.02.2020 09:47 Report dénoncer ce commentaire

      Nico, chez nous en URSS/Georgie, c'est tout a fait pareil