En Allemagne

28 mai 2020 18:17; Act: 29.05.2020 15:36 Print

Une éducatrice de crèche a-​​t-​​elle tué une fillette?

La police a ouvert une enquête à l’encontre d’une jeune femme de 25 ans, employée dans une crèche allemande.

storybild

L’éducatrice soupçonnée pourrait ne pas en être à son coup d’essai. (photo: Keystone/Photo d’illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Une éducatrice allemande employée dans une garderie est soupçonnée d’avoir tué une fillette de 3 ans, ont annoncé jeudi les enquêteurs qui la soupçonnent dans d’autres cas plus anciens. La jeune femme a été interpellée le 19 mai.

Jusqu’ici en bonne santé, la fillette avait été hospitalisée fin avril après avoir perdu connaissance dans son jardin d’enfants à Viersen, dans l'ouest du pays, et est décédée le 4 mai. Les examens n’ont pas permis de déceler de cause médicale, mais les soignants ont remarqué que les yeux de l’enfant étaient injectés de sang, laissant soupçonner un acte violent.

«Des incidents similaires»

Les soupçons se sont rapidement portés sur une éducatrice de 25 ans, en poste dans cet établissement depuis janvier et qui venait de démissionner de ses fonctions. L’incident s’est produit lors de son avant-dernier jour de travail, ont expliqué les enquêteurs lors d’une conférence de presse.

La suspecte était présente dans le dortoir et avait signalé le malaise supposé de la fillette, qu’elle aurait détecté en s’assurant que l’enfant respirait bien pendant sa sieste. Elle avait même tenté un massage cardiaque avant que la petite fille soit hospitalisée.

Mal notée

Des investigations menées dans trois autres jardins d’enfants où a elle travaillé ont montré que «des incidents similaires», non mortels cependant, s’étaient à chaque fois produits, selon l’enquêteur principal, Guido Rosskamp.

Une première agression pourrait avoir été commise en novembre 2017 contre un garçon de trois ans, ont indiqué les enquêteurs. La suspecte avait alors informé ses collègues qu’il y avait un problème avec le garçonnet. Dans cette affaire comme dans d’autres cas, les enfants ont été retrouvés inconscients, avant d’être pris en charge par des services de secours, ont précisé les enquêteurs.

Cette animatrice mal notée, qui restait dans son coin selon d’ex-collègues et n’intervenait pas en cas de querelle entre enfants, était aussi connue des services de police pour des soupçons de fausse agression dont elle aurait été la victime, il y a quelques années.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jul le 29.05.2020 06:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fourniret a bien été concierge dans un établissement scolaire alors qu'il avait déjà fait de la prison pour attouchements sur enfants alors plus rien ne m'étonne....

  • patience le 29.05.2020 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment est ce possible avec des prècèdents pareils qu elle a pu travailler avec des enfants n y a t il pas un suivi c est inadmisible

  • veritis le 28.05.2020 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ici au pays, on laisse bien des alcooliques au milieu des enfants, des agresseurs également. la commune qui les engage est même connu pour régulièrement faire la une des faits divers

Les derniers commentaires

  • patience le 29.05.2020 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment est ce possible avec des prècèdents pareils qu elle a pu travailler avec des enfants n y a t il pas un suivi c est inadmisible

  • Jul le 29.05.2020 06:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fourniret a bien été concierge dans un établissement scolaire alors qu'il avait déjà fait de la prison pour attouchements sur enfants alors plus rien ne m'étonne....

  • cocou le 28.05.2020 18:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut la pendre celle-là, ou encore mieux, laissé la sur la place publique et amené les parents des enfants qui s'occupent de son cas

  • veritis le 28.05.2020 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ici au pays, on laisse bien des alcooliques au milieu des enfants, des agresseurs également. la commune qui les engage est même connu pour régulièrement faire la une des faits divers