Sous-marin en mer du Nord

19 septembre 2017 11:48; Act: 19.09.2017 13:09 Print

Une épave retrouvée avec son équipage à bord

L'épave d'un sous-marin allemand de la Première Guerre mondiale a été découverte en mer du Nord, au large de la côte belge.

Sur ce sujet

Le bon état de l'épave, qui repose à une trentaine de mètres de fond au large d'Ostende, semble indiquer que les 23 corps des membres de l'équipage sont encore à l'intérieur, selon les premières observations du plongeur qui l'a visité. Ce chercheur belge, Thomas Termote, passionné d'archéologie maritime, a découvert l'épave cet été, selon son récit lors d'une conférence de presse mardi matin, à Ostende, au côté du gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé.

«Le sous-marin est très intact, tout est encore fermé, c'est ce qu'il (M. Termote) a vu lors de la première visite cet été», a expliqué Jan Mees, directeur de l'Institut flamand de la mer (VLIZ, Vlaams Instituut voor de Zee), qui accueillait la conférence de presse. À bord, d'après des scientifiques, «il y avait 22 membres d'équipage standard et un commandant», a déclaré de son côté M. Decaluwé, cité par le quotidien flamand De Standaard. «Tous les volets sont toujours fermés. Cela indique que l'épave n'a pas été découverte avant et que, d'autre part, les 23 membres d'équipage sont encore dans l'épave», a-t-il ajouté.

C'est la onzième fois qu'un sous-marin allemand datant de la Guerre de 1914-1918 est découvert dans les eaux territoriales belges, a souligné M. Mees, précisant que les six types différents de sous-marin allemand de l'époque avaient été retrouvés. Pendant le conflit mondial, la marine allemande a utilisé le port de Zeebruges (Zeebrugge en flamand) comme base de stationnement pour ses «U-boots». Pour bloquer la flotte allemande dans le port et la neutraliser, les Britanniques avaient décidé en avril 1918 de saborder certains de leurs navires de guerre à l'entrée du chenal, ce qui est resté comme un épisode célèbre du conflit en Belgique.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 19.09.2017 17:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'espère aussi qu'on les honorera. Leur mort doit montrer que les solutions extrêmes n'ont rien apporté.

  • Peace & Love le 19.09.2017 17:16 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu de respect pour ces soldats, qui ont dû obéir à leurs supérieurs sous cette sale période que fut la Première Guerre mondiale. Des personnes, souvent jeunes, mortes pour rien.

  • citoyen le 19.09.2017 18:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien parlé peace&love

Les derniers commentaires

  • citoyen le 19.09.2017 18:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien parlé peace&love

  • Grand Maître le 19.09.2017 17:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'espère aussi qu'on les honorera. Leur mort doit montrer que les solutions extrêmes n'ont rien apporté.

  • Peace & Love le 19.09.2017 17:16 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu de respect pour ces soldats, qui ont dû obéir à leurs supérieurs sous cette sale période que fut la Première Guerre mondiale. Des personnes, souvent jeunes, mortes pour rien.

  • humour noir le 19.09.2017 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Je sais pas pourquoi mais la chanson de Patrick Sébastien "qu'est-ce qu'on est serrés, au fond de cette boite, chante les sardines..." me vient en tête quand je lis cet article

  • 20-100 le 19.09.2017 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Les marins seraient encore à bord, l'Etat major allemand a promis d'ores et déjà un congé exceptionnel pour tous... ça doit sentir le renfermé là-dedans! En même temps, quand ils découvriront l'Allemagne d'aujourd'hui avec leur vision du IIIème Reich, ils demanderont a retourner vite dans leur trou!

    • Howaito le 19.09.2017 18:38 Report dénoncer ce commentaire

      C'est sûr qu'en 1914 on parlait du IIIème Reich LOL !