En Italie

29 novembre 2021 18:51; Act: 29.11.2021 18:53 Print

Une journaliste sportive prend une fessée en direct

Un supporter a asséné une claque sur le postérieur d’une journaliste, samedi soir à Empoli. Depuis le studio, le présentateur lui a conseillé de «ne pas s’énerver».

Sur ce sujet
Une faute?

«Je me suis sentie outragée, violée. Pour cette personne, j’étais comme un poteau sur lequel elle pouvait frapper pour évacuer sa colère. Ce n’étaient pas des fans, c’étaient des bourreaux.» Greta Beccaglia peine à se remettre de l’agression qu’elle a vécue samedi soir en direct à la télévision. La journaliste sportive était en duplex d’Empoli après le match de football opposant l’équipe locale à la Fiorentina. Elle était en pleine intervention quand un supporter a surgi derrière elle et lui a donné une claque sur les fesses.

«Excuse-moi, mais tu ne peux pas faire ça, je suis désolée», a réagi la jeune femme de 27 ans, visiblement sidérée. «D’abord, il a craché sur sa main et ensuite il m’a donné une gifle sur les fesses, dure, violente, qui m’a aussi fait mal physiquement», explique Greta Beccaglia au Corriere della Sera. Insultée par deux autres supporters dans la foulée, la journaliste a tenté tant bien que mal de poursuivre son travail, tandis que son collègue minimisait ce qu’il venait de lui arriver. «Ne t’énerve pas, ne t’énerve pas», lui a-t-il conseillé.

Auteur identifié

L’Ordre des journalistes de Toscane a réagi à cet incident, dénonçant un «épisode extrêmement grave de harcèlement d’une journaliste (…) à un moment où l’attention est portée sur la lutte contre la violence envers les femmes.» Il a par ailleurs estimé que le comportement du collègue de la jeune femme était «incompréhensible». Greta Beccaglia, elle, assure ne pas en vouloir à Giorgio Micheletti: «C’est un professionnel sérieux. Je pense qu’il ne s’est pas rendu compte de ce qui se passait vraiment. (…) Au studio, il s’est excusé à plusieurs reprises et m’a invitée à raconter ce qui s’est passé et à le dénoncer», assure-t-elle.

Grâce au recoupement de plusieurs images, la police d’Empoli a pu identifier l’auteur de l’agression. Aucune mesure spécifique n’a cependant encore été prise, car les autorités attendent la plainte de la journaliste.

(L'essentiel/joc)