Crise en Grèce

13 juillet 2015 22:24; Act: 14.07.2015 15:43 Print

Varoufakis révèle les raisons de sa démission

L'ancien ministre des Finances grec avait surpris son monde en quittant ses fonctions au lendemain de la victoire du non au référendum. Il a enfin expliqué les raisons de son départ.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Yanis Varoufakis a révélé, dans un entretien publié lundi, avoir démissionné après avoir été mis en minorité, le soir du référendum, sur sa ligne dure prévue face à la BCE après la fermeture des banques grecques. L'économiste au fort tempérament, qui assurait avant le référendum qu'il démissionnerait en cas de victoire du oui, avait assez inexplicablement démissionné au lendemain de la victoire à 61,1% du non, le 5 juillet.

Officiellement, il avait jeté l'éponge parce que les créanciers ne l'aimaient pas et que le Premier ministre Alexis Tsipras jugeait son départ «utile» pour un accord. Mais dans un entretien au magazine britannique New Statesman, réalisé juste avant l'accord de lundi matin pour négocier une nouvelle aide à l'économie grecque, il révèle avoir en fait perdu à quatre contre deux lors d'une réunion de cabinet après la victoire du non, au cours de laquelle il prônait une ligne dure.

Obtenir un meilleur accord des créanciers

Les banques grecques sont fermées depuis le 29 juin, pour éviter une hémorragie de l'épargne, alors que la Banque centrale européenne a cessé d'ajuster le plafond de son aide d'urgence à ces établissements. M. Varoufakis, persuadé d'avance que cette situation «voulue par la BCE pour sceller un accord» allait se produire, avait prévu «un triptyque» d'actions pour y répondre: «Émettre des IOUs» (phonétiquement «I owe you», «je vous dois», des reconnaissances de dettes en euros); «appliquer une décote sur les obligations grecques» détenues par la BCE depuis 2012, pour réduire d'autant la dette, et «prendre le contrôle de la Banque de Grèce des mains de la BCE».

Cela laissait, selon lui, entrevoir une possible sortie de la Grèce de l'euro mais avec la certitude, explique-t-il, qu'il n'y avait de toute façon aucun moyen légal de la pousser dehors. Le tout pour faire peur et obtenir un meilleur accord des créanciers, selon lui. Il a émis cette suggestion plusieurs fois entre le 29 juin et la victoire du non.

«Mais ce soir-là, regrette-t-il, le gouvernement a décidé que la volonté du peuple, ce «non» retentissant, ne devait pas être le déclencheur de cette approche énergique (...) au contraire cela allait mener à des concessions majeures dans l'autre camp».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Les Castelles le 14.07.2015 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    Varoufakis dans ce coup la a sauvé certainement l'euro ;et de plus la fait fluctué .Les états de zone nordiste germanique subirons un renchérissement de leurs énergies d'ou le plan rigoureux exigés des parties . Une Grèce reformé et ré administré et a voire va t on vers la création d'une police comme le F B I ?

  • vrai travailleur le 14.07.2015 07:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Varoufakis a démissionné en politicien cynique ... Si le Grèce échoue il pourra revenir en sauveur avec l étiquette de celui qui a démissionné plutôt que de faire quelque chose qu il ne voulait pas ... Si ça marche il sera celui qui a accepter de sacrifier sa personne pour permettre à la Grèce de s en sortir ... Ne soyons pas dupé par son charme ... Il a laissé tombé la Grèce au pire moment et au lieu de se taire il continue à délivrer son venin et tout ça pour ses intérêts personnel

  • inem le 14.07.2015 06:45 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pourtant lui qui avait raison et son opposition n'a pas duré face au fric.

Les derniers commentaires

  • TramO le 15.07.2015 07:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reviens Varoufakis :-))

  • Carlo le 14.07.2015 16:53 Report dénoncer ce commentaire

    Vous avez choisi le deshonneur pour eviter la guerre, vous aurez le deshonneur et la guerre disait Churchill en 38 face a l'allemagne. L'avenir lui donna raison. De meme la Grece a choisi le deshonneur face aux requins financiers et leur pantin politiques pour eviter de se faire matraquer et traiter comme une m****... Et bien ils auront le deshonneur et le Matraquage. Il nest pas trop tard, de toute facon il ne vous reste que vos yeux pour pleurer freres grecs. Ne remboursez rien et concentrez vous a lessentiel: la nourriture et la survie.

  • CROAC le 14.07.2015 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Et en démissionant il mis sa cravatte ce bouffon?...

  • Les Castelles le 14.07.2015 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    Varoufakis dans ce coup la a sauvé certainement l'euro ;et de plus la fait fluctué .Les états de zone nordiste germanique subirons un renchérissement de leurs énergies d'ou le plan rigoureux exigés des parties . Une Grèce reformé et ré administré et a voire va t on vers la création d'une police comme le F B I ?

    • Jeje le 14.07.2015 11:27 Report dénoncer ce commentaire

      Je n'ai rien compris, entre la crise Grec et le FBI ?!?

  • Finde la liberté le 14.07.2015 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    La Gréce s'est aussi vendue à l'économie mondiale comme auparavant l'Argentiene l'Espange etc. A qui le prochain tour........

    • No more propaganda le 14.07.2015 10:18 Report dénoncer ce commentaire

      Perso, je n'ai jamais vu d'homme politique si malin que Tsipras. Il a essayé dans toutes les manières, en allant jusqu'à parler avec Poutine, jusqu'au référendum, pour essayer de tordre le bras aux européens au lieu d'attaquer les riches corrompus et les armateurs de son pays qui n'ont jamais payé les impôts dûs! Belle lecon de vie qu'il donne. Dépensez, dépensez, de toute facon il y aura toujours quelqu'un d'autre qui payera le compte, de préférence dans un autre pays. Dommage que l'Europe a cédé à ces comportements honteux... on ne verra plus tous ces milliards, ca c'est sûr....

    • ont subie le 14.07.2015 13:49 Report dénoncer ce commentaire

      merci le petit homme,aux tic , le chef qui a confondue le oui et le non osse jouer cador qui est blanc comme neige que les amis profiteurs ce frotte les mains nous les manon ont vat douiller longtent...

    • UnRésident le 15.07.2015 10:22 Report dénoncer ce commentaire

      C'est marrant comme beaucoup fustigent Tsipras/Varofakis et autres de ce parti alors qu'ils sont au pouvoir depuis tout juste 6 mois et qu'ils doivent comme par magie régler les dettes, les corruptions et magouilles des hommes politiques grecs (principalement de droite et libérales) de ces 20-30 dernières années !

    • coerente le 16.07.2015 09:56 Report dénoncer ce commentaire

      @ No more propaganda désolé pour vous, mais les politiciens les plus rusés ne sont pas les Grecs mais les Allemands qui ont réussi à faire annuler pour deux fois leurs dettes, En 1991, il a demandé un prêt à la Communauté européenne pour régler les problèmes de la réunification de l'Allemagne (sachant ne pas être en mesure de rembourser) ensuite, ils ont réussi à faire annuler, mais à l'époque, presque personne il a dit quoi que ce soit, aujourd'hui l'Allemagne se approprie le droit de donner des leçons d'économie ( facile avec notre argent jamais remboursés) au lieu de donner la même chance aux autres pays européens qui aujourd'hui sont dans la même situation qu'elle il y a quelques années arrière