En Ukraine

08 juillet 2020 15:10; Act: 08.07.2020 15:47 Print

Village ravagé par des feux de forêt meurtriers

Plus de 100 maisons d'un village ukrainien ont été détruites par un feu de forêt qui a fait au moins cinq morts. Les secours assurent toujours la surveillance.

Sur ce sujet
Une faute?

L'incendie de forêt qui s'est déclaré lundi s'est propagé très vite pour toucher Smolianynové, mardi. Plus de 100 maisons ont été ravagées, selon le ministère ukrainien de l'Intérieur. Mercredi, le village était enveloppé d’une épaisse fumée et une forte odeur de brûlé s'en dégageait. Des flammes étaient encore visibles dans les pins de la forêt voisine.

«J'ai 70 ans et je n'ai plus rien», a raconté Viktor, un villageois dont la maison a complètement brûlé. «Je n'ai jamais vu ça de ma vie», a renchéri Vassyl, un secouriste, en train de verser de l'eau sur du feu couvant dans les débris calcinés d'une maison. «Hier (NDLR: mardi), les flammes dépassaient les pins, la température était terrible», a-t-il ajouté.

Moins de vent mais de grosses chaleurs

Plus de 1 200 pompiers, secouristes et membres de la Garde nationale étaient déployés pour combattre «trois foyers clés», empêcher leur propagation et aider la population, a-t-il précisé. Des avions bombardiers d'eau ont aussi été déployés, malgré des craintes initiales que les combattants séparatistes pro-russes puissent les abattre.

Le bilan a été revu à la baisse à cinq morts, contre six la veille au soir. Mais il pourrait encore s'alourdir car «il y a des blessés et des personnes qui n'ont pas été retrouvées». Les autorités ukrainiennes estimaient mercredi que la situation s'améliorait. «Nous avons survolé le site et ne voyons pas de foyers supplémentaires de feu», a indiqué le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov. «La météo est propice (à la lutte contre les flammes), car il n'y a plus de rafales de vent», a-t-il estimé même si, selon les journalistes de l'AFP, la chaleur dépasse toujours les 30°C.

Fin juin, c’est l’ouest du pays qui avait fait les frais des caprices du climat. Mais là, c’étaient des inondations qui avaient frappé la région et fait des victimes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.