Législation

16 septembre 2021 22:26; Act: 17.09.2021 13:43 Print

Violences faites aux femmes: l’UE veut des bases

Jeudi, le Parlement européen s’est penché sur la possibilité qu’une loi commune soit créée pour protéger davantage les femmes.

storybild

Mercredi, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a promis d’ici la fin de l’année de proposer une loi de lutte contre les violences faites aux femmes. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Parlement européen a demandé jeudi, que l’Europe se dote de bases légales communes pour agir contre les violences et les discriminations fondées sur le genre, subies par les femmes ou les personnes homosexuelles et transgenres. Dans un texte d’initiative législative, les eurodéputés ont demandé par 427 voix pour (119 contre, 140 abstentions) «que la violence fondée sur le genre en ligne et hors ligne soit traitée comme une «criminalité particulièrement grave revêtant une dimension transfrontière».

Le Conseil, représentant les Vingt-Sept États membres, peut avec l’aval du Parlement identifier de nouveaux domaines de criminalité nécessitant une action sur des bases communes, comme cela s’applique déjà au trafic d’êtres humains ou de drogues, à la criminalité informatique et au terrorisme.

Avortement dans le viseur

Cette définition comme nouveau domaine de criminalité, dont la forme la plus extrême serait le féminicide, «servirait de base juridique pour une directive européenne centrée sur les victimes», en s’appuyant sur les normes de la Convention d’Istanbul, premier traité international sur le sujet, contesté dans des pays conservateurs comme la Pologne, explique le Parlement européen.

Le texte voté à Strasbourg souligne également que «la coercition reproductive et le refus de soins sûrs et légaux en cas d’avortement constituent également une forme de violence fondée sur le genre». Au sein de l’UE, l’avortement n’est permis qu’avec des conditions très restrictives en Pologne et à Chypre et reste illégal à Malte.

D’ici la fin de l’année

Dans son discours annuel sur l’état de l’Union mercredi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a promis d’ici la fin de l’année de proposer une loi de lutte contre les violences faites aux femmes, permettant des poursuites efficaces et des mesures de prévention et de protection.

Dans l’Union européenne, un tiers des femmes ont subi des violences physiques ou sexuelles et environ 50 meurent chaque semaine, à la suite de violences domestiques, selon des données communiquées par le Parlement européen.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fern le 17.09.2021 08:12 Report dénoncer ce commentaire

    ridicul! Qu'on est-il de l'égalité des sexes alors que les femmes sont déjà emancipées et profilés par des quotas dérégulant les compétences réelles? Pourquoi les hommes doivent toujours encore faire les travaux insalubres?(dans cette catégorie de travaux il n'existe pas de quotas.) Ne serait-il pas temps de protéger les hommes?

  • Leonidas le 17.09.2021 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    ça suffit avec vos féministes radicaux !!!

  • veritis le 16.09.2021 22:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    l'union européenne devrait être: le traité de Schengen et une monnaie unique. pour le reste.....

Les derniers commentaires

  • Ursula le 17.09.2021 19:12 Report dénoncer ce commentaire

    Tous vont voter cette loi mais aucun ne va l'appliquer

  • otoe le 17.09.2021 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Celle-là elle ne sert à rien. Bien sur qu’il faut protéger les femmes des violences et accorder les droits des femmes à celui des hommes. Mais quand est-ce qu’elle va arrêter de nous emmerder avec ces évidences, Tout cela c’est de communication. Au travail Madame et arrêter de vous cacher derrière des balivernes. Il a de gros problèmes à régler en urgence. À force de nous imposer votre communication à la noix c’est l’Europe qui est en danger.

  • petit pays où bourreaux amis avec.. le 17.09.2021 09:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    MeToo: pourquoi la parole des femmes se libère partout, sauf au Luxembourg : nous avions alors tendu l'oreille pour entendre, parmi les cris, ceux qui pourraient provenir du Luxembourg. Mais rien. Comment expliquer ce silence assourdissant des Luxembourgeoises? Le Grand-Duché serait-il vraiment épargné? Comme pour Tchernobyl, le nuage toxique aurait-il contourné le Luxembourg? "Non, le Luxembourg n'est pas épargné", Elles ont peur les bourreaux connaissent les fonctionnaires gradués.

  • Too late le 17.09.2021 09:32 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE veut, l'UE exige ... On entend que ça mais c'est un vrai foutoir l'Europe d'aujourd'hui. Faut qu'Ursula prenne bien son traitement pour sa ménopause.

  • bonsens le 17.09.2021 09:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si l’Europe c’est 5 pays d’accord et les autres moutons et puis des crevards réactionnaires comme Pologne et Hongrie qui vont voter contre, pas la peine de commencer un nouveau projet de loi avant de régler les transgressions honteuses des lois existantes