UE vs Autriche

15 janvier 2019 14:41; Act: 15.01.2019 14:53 Print

«Vous avez couvert de honte l'Union européenne»

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a reçu, mardi, une volée de critiques au Parlement européen, pour avoir retiré son pays du Pacte mondial pour les migrations de l'ONU.

storybild

Jean-Claude Juncker.

Sur ce sujet
Une faute?

«Je n'ai pas compris ce qui s'est passé et je continue de ne pas comprendre», a lancé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, durant son intervention sur le bilan de la présidence autrichienne de l'UE, pendant le second semestre de l'année 2018.

«Vous avez couvert de honte l'Union européenne en refusant de signer ce texte», a renchéri l'eurodéputé grec de la Gauche Unie Européenne (GUE), Dimitrios Papadimoulis. «Je ne suis pas le seul à le penser. Jean-Claude Juncker l'a dit, mais en des termes plus polis parce qu'il fait partie de votre famille», a observé l'élu.

La prise de position de Jean-Claude Juncker a surpris le chancelier autrichien et les autres membres du Parti Populaire européen (PPE, centre-droit/droite), la famille politique des deux dirigeants.

D'autant que le président de la Commission européenne avait commencé son intervention en saluant «un bilan impressionnant». Mais il a immédiatement nuancé son propos en évoquant «une exception notable: les signaux négatifs émis par la présidence autrichienne sur le pacte migratoire de l'ONU», considérée comme «l'unique faiblesse» de cette présidence.

Une atteinte à toute l'Union européenne

Jean-Claude Juncker a dit ensuite avoir reçu des critiques pour cette prise de position mais, a-t-il ajouté, «ceux qui pensent que cette remarque n'avait pas sa place dans ce débat se trompent».

La représentante du groupe socialiste, Maria-Joao Rodriguez, a repris la critique de M. Juncker. «Certains États membres ne se sont pas ralliés au Pacte mondial pour les migrations sous la houlette du gouvernement autrichien et nous ne comprenons pas» cette attitude, a déploré la députée portugaise.

«Vous avez porté atteinte à toute l'Union européenne», a accusé la coprésidente des Verts, l'Allemande Ska Keller. Le chancelier autrichien a participé aux négociations du Pacte mais a adopté une position hostile et refusé de le signer sous la pression du parti d'extrême droite FPÖ, membre de la coalition gouvernementale.

«Texte erroné»

«Une majorité en Autriche est contre», a soutenu l'eurodéputé autrichien Harald Vlimsky, membre du FPÖ, dans son intervention au nom du groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD, eurosceptique).

«Nous ne voulons pas que ce texte que nous jugeons erroné soit intégré à notre ordre juridique», a-t-il expliqué.

Cinq pays ont voté contre le Pacte (États-Unis, Hongrie, République tchèque, Pologne et Israël) et douze se sont abstenus, dont l'Autriche, lors de sa ratification à l'Assemblée générale des Nations unies.

Le texte, qui n'est pas contraignant, est destiné à renforcer la coopération internationale pour une «migration sûre». Mais il a déchaîné les passions dans plusieurs pays et provoqué la chute de la coalition gouvernementale en Belgique.

(L'essentiel/nxp/afp)