Cannibale de Miami

31 mai 2012 20:44; Act: 01.06.2012 10:28 Print

Drogué à son insu ou victime du vaudou?

L'homme, abattu samedi alors qu'il dévorait nu en pleine rue à Miami le visage d'un sans-abri, n'aurait pas été dans son état normal, assure sa fiancée dans les colonnes du «Miami Herald».

  • par e-mail

«Je ne sais pas comment expliquer tout cela autrement», assure la jeune femme, qui témoigne anonymement dans le quotidien, et qui affirme du reste qu'elle ne croyait pas au vaudou avant les faits impliquant son fiancé Rudy Eugene, d'origine haïtienne, selon les médias américains. Selon elle, son ami, qu'elle appelle «mon bébé, mon cœur», fumait fréquemment du cannabis, mais tentait d'arrêter et n'avait jamais pris de drogues plus fortes. Elle le décrit également comme un homme pieux, qui n'a jamais été violent avec elle, même si selon des rapports de police cités par le Miami Herald, il avait menacé sa mère et cassé des meubles chez elle au cours d'une dispute en 2004.

Cette dernière, interrogée par la chaîne locale CBS-4 et citée également par le Miami Herald, assure de son côté que son fils n'était «pas un délinquant». «Tout le monde dit que c'était un zombie, mais je sais que ce n'est pas vrai. C'est mon fils», déclare Ruth Charles. Toujours hospitalisée à Miami dans un état grave, la victime de Rudy Eugene, Ronald Poppo, était de son côté un lycéen brillant à New York avant que son addiction à l'alcool ne l'amène à vivre dans la rue, selon une de ses sœurs interrogées par la chaîne locale WFOR-TV.

Sa famille avait perdu tout contact avec lui depuis des années, a-t-elle précisé. «Nous pensions qu'il était déjà mort», a-t-elle ajouté. Rudy Eugene a été abattu samedi en début d'après-midi sur un pont reliant le centre de Miami à la plage de Miami Beach alors qu'il était en train de dévorer le visage de Ronald Poppo. Le crime, dont les détails étaient très commentés sur les réseaux sociaux aux États-Unis, pourrait être dû à un nouveau type de drogue synthétique qu'aurait consommé Rudy Eugene, selon la police.

(L'essentiel Online/AFP)