États-Unis

24 mars 2014 21:19; Act: 24.03.2014 21:22 Print

Elles enchaînaient et affamaient leurs enfants

Un couple de lesbiennes faisait vivre un véritable enfer à ses rejetons âgés de 3, 5 et 8 ans. Les deux femmes ont été arrêtées et passeront en audience préliminaire ce vendredi.

Une faute?

Deux Américaines, âgées de 31 et 44 ans, ont été incarcérées mardi dernier à la prison du comté de Monterey, en Californie. Les deux femmes sont notamment accusées de cruauté envers des enfants et de séquestration. Leur audience préliminaire a été fixée au vendredi 28 mars.

Inquiètes de constater que les trois rejetons du couple ne s'étaient pas présentés à un rendez-vous, les autorités ont envoyé la police à Salinas pour contrôler le domicile d'Eraca Dawn Craig et de Christian Jessica Deanda. C'est là que les agents ont découvert les trois bambins âgés de 3, 5 et 8 ans, enchaînés et dans un état de santé déplorable.

Fillette «très traumatisée»

La plus grande d'entre eux «faisait penser à une victime de camp de concentration», a raconté le shérif du comté de Monterey, Scott Miller, au San Jose Mercury News. «Il s'agit d'un cas particulièrement odieux, poursuit-il. La fillette était visiblement la première cible de ces maltraitances.»

Sur place, les enquêteurs ont trouvé des indices montrant que la malheureuse était la plupart du temps enchaînée contre un mur et parfois menottée à la cheville ou au cou. Les tortionnaires cherchaient certainement à l'empêcher d'aller chercher de la nourriture. Hospitalisée pendant cinq jours, la petite victime est «très traumatisée», a indiqué Scott Miller. Les deux garçons, eux, étaient couverts de bleus et donnaient l'impression de n'avoir pas mangé depuis «des mois».

«J'aime regarder mes enfants grandir»

La fille et l'aîné des garçons avaient été légalement adoptés par le couple, tandis que le bambin âgé de 3 ans est le fils biologique d'une des deux femmes. Sur le profil LinkedIn de Christian Deanda, on peut lire: «J'ai quitté mon job pour rester à la maison avec mes enfants. J'aimais jardiner et je me suis rapidement mise à vendre des fleurs aux voisins. Ma partenaire et moi avons donc lancé notre propre affaire - la meilleure décision qui soit! J'aime regarder mes enfants et mes fleurs grandir!»

Les deux tortionnaires n'ont pas d'antécédents judiciaires. L'une d'entre elles avait travaillé comme officier dans un établissement correctionnel du Nouveau-Mexique entre 2006 et 2010. L'autre avait notamment oeuvré en tant que responsable dans un centre de thérapies psychosociales. Selon la police, le couple s'apprêtait à quitter la région.

(L'essentiel/joc)